Diplomatie, Environnement

UE: pour un lac Tanganyika plus propre

A l’occasion de la “Journée mondiale de nettoyage du littoral” célébrée le 15 septembre de chaque année, en partenariat avec la mairie de Bujumbura, la délégation de l’Union européenne au Burundi a organisé ce samedi une action de nettoyage des plages du lac Tanganyika.

Sous un soleil radieux, s’étaient donnés rendez-vous au bord du lac Tanganyika, le long de la RN5 Bujumbura-Gatumba, une centaine de volontaires provenant des ambassades, de la société civile, des organisations internationales et autres partenaires. Tous étaient de bleu vêtus, casquette sur la tête. Une seule activité mobilisait tout ce monde : le ramassage des déchets plastiques sur environ un kilomètre, le long des plages du Petit Bassam, jusqu’à l’Hotel Club des Vacances, une initiative de la délégation de l’Union européenne au Burundi.

Des camions de la mairie évacuaient les déchets ramassés vers un site de recyclage. Beaucoup de déchets en plastique et autres déchets non biodégradables ont été ramassés ; un témoignage de l’ampleur de la pollution du lac Tanganyika par l’action humaine.

Au terme de l’activité, le chef de la délégation de l’Union européenne au Burundi, l’ambassadeur Wolfram Vetter a indiqué que cette action est à inscrire dans le cadre de la “sensibilisation sur la situation alarmante de nos océans et de nos eaux”. Selon l’Ambassadeur Vetter, la même action a eu lieu à travers le monde, dans beaucoup d’endroits où l’Union européenne est représentée à travers une délégation ; ceci en amont d’un sommet mondial qui aura lieu fin octobre à Bali en Indonésie.

La mesure d’interdiction des emballages en plastique saluée

Selon l’Amb. Vetter, chaque année, 10 millions de tonnes de plastique se retrouvent dans les océans, rappelant “qu’il faut des centaines d’années pour que le plastique se décompose”, sans oublier son effet négatif sur la qualité de l’eau, sur les plantes et poissons et sur la santé humaine.
Il s’est réjoui du pas déjà franchi par le Gouvernement burundais pour sa récente décision d’interdire des sachets en plastique non recyclables. Le diplomate est conscient qu’il faudra plus d’efforts pour arriver à nettoyer le lac Tanganyika et le pays tout entier des déchets plastiques : “Notre action d’aujourd’hui était symbolique, mais importante. Tant sur le plan individuel que collectif, nous avons tous une responsabilité pour un environnement sain et propre”, note-t-il.

L’environnementaliste burundais, Albert Mbonerane salue l’initiative de l’Union européenne et appelle tout en chacun à s’inspirer de cette bonne action en vue de lutter contre la pollution. Il interpelle les habitants des communes riveraines du lac Tanganyika de s’organiser une fois le mois pour la collecte des sachets en plastique qui le menacent. Pour lui, “si le lac Tanganyika est propre, il attirera des investisseurs et des touristes qui se déplaceront pour le contempler, entraînant l’entrée des devises dans le pays.”

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*