Économie Régionale, Infrastructures

Construction de la RN5 (Bujumbura-Ruhwa): moins de temps pour le transport, plus de commerce

Longue de 80 km, la RN5 en cours de construction relie Bujumbura à la province Cibitoke, et relie le Burundi à ses deux pays voisins, le Rwanda et la RDC. Alors qu’il fallait 1h30 minutes pour joindre la capitale burundaise à la frontière de Ruhwa, le trajet prendra désormais moins de temps. Un boom économique est attendu le long de la voie. 

Les travaux de construction et d’élargissement de la route (passant de 6 à 7m) actuellement exécutés par l’entreprise française Sogea-Satom sont déjà terminés sur le tronçon Ruhwa-Nyamitanga (50km). Au niveau de Nyamitanga-Bujumbura (30km), on note 1/3 des travaux déjà exécutés. Pour Beatrice Kaderi, administrateur communal de Rugombo, “depuis la construction de la RN5, la commune enregistre plus de flux que ce soit de personnes ou de marchandises. Le transport est maintenant facile et rapide. Cela va contribuer énormément à la croissance économique de notre commune”.

Petits centres de commerce le long de la RN5

Avec la construction de la RN5, naissent tout autour des petits centres. De pistes qui donnent accès à la RN5 sont en cours de construction à Gihanga. Dans la province Cibitoke, celles menant vers la commune Buhayira, celle menant vers la commune Murwi, et la RN10, toutes, donnant accès à la RN5 sont déjà opérationnelles. A noter également le développement des activités commerciales aux différents centres de Ruhwa, Rukana 2, Rugombo, Cibitoke, Buganda, Ndava-village, Nyamitanga, et Buringa.

Même son de cloche auprès des autorités provinciales. “Cette route apporte un plus au développement de la province. Les bistrots et hôtels se trouvant près de la route enregistrent depuis plus de chiffres d’affaire” affirme Anicet Saidi, conseiller principal du gouverneur, sans donner plus de précisions. “Le seul souci, les accidents devenus plus fréquents. L’afflux des véhicules d’origine congolaise occasionnent beaucoup d’accidents sur la route” déplore l’administrateur communal de Rugombo.

A Ruhwa, tout près de la frontière entre le Burundi, le Rwanda et le Congo, pilulent différentes activités commerciales. Les plus en vues, des bistrots qui offrent aux passants, boissons et différentes sortes de viande, même si le flux est ralenti par l’arrêt des échanges avec le Rwanda, indiquent les commerçants sur place.

Au niveau du tronçon en chantier, Nyamitanga-Bujumbura, l’administrateur de Gihanga, Léopold Ndayisaba, espère que “cette route va booster l’économie de la commune, en facilitant le transport. Nous espérons donc voir bientôt plus d’hommes d’affaires investir dans divers secteurs car note commune accuse un grand retard sur le plan du développement économique”.

Tous les commerçants rencontrés le long de cette voie ont un souhait: que la population burundaise, dans son ensemble, profite au maximum de cette infrastructure. “Sinon, les Congolais, avec leur manne financière, risquent de s’imposer sur cette route bientôt régionale”.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*