Infrastructures

Seuls 52,1% des ménages urbains et 2% des ruraux ont accès à l’électricité au Burundi

Les chiffres sont donnés par le Plan décennal de développement du Burundi: sur un potentiel hydroélectrique évalué à 1.700 MW, seuls 300 MW sont techniquement et économiquement exploitables. La puissance électrique installée est actuellement proche de 50 MW dont 32,9 MW de production nationale d’origine hydraulique. 

“L’une des préalables à la transformation structurelle durable de l’économie burundaise avec le PND Burundi 2018-2027, est l’accroissement de la production énergétique: la construction, la réhabilitation, et/ou extension des infrastructures énergétiques”. Selon le PND, la consommation électrique est très faible et est inférieure à 30 %KWh /habitant/an. Ce qui est en dessous de la moyenne africaine estimée à 150 KWh/habitant/an.
Le taux d’accès à l’électricité est de moins de 5% de la population et le nombre de ménages ayant accès à l’électricité est évalué à 7% correspondant à 52,1% des ménages urbains et de 2% des ménages ruraux.

Sur un potentiel hydroélectrique évalué à 1.700 MW, seuls 300 MW sont techniquement et économiquement exploitables. La puissance électrique installée est actuellement proche de 50 MW dont 32,9 MW de production nationale d’origine hydraulique. La maitrise de la production de l’énergie et la diminution de son coût constituent des facteurs favorisant le développement des activités transformatrices et de services.

Le Plan National de Développement souligne que le secteur de l’énergie est dominée essentiellement par les énergies traditionnelles (bois, charbon de bois, biomasse, etc) et par l’énergie moderne (l’électricité et les produits pétroliers). Environ 98% de la population burundaise, aussi bien urbaine que rurale, utilisent le bois et le charbon de bois comme source d’énergie surtout pour le chauffage et la cuisson des aliments, ce qui accentue le déboisement estimé à 2% par an en 2013.

D’autres alternatives pour l’augmentation de la production énergétique sont: le développement de l’énergie solaire, de la biomasse et de l’énergie éolienne. Toutefois, en matière d’énergie, la solution durable ne peut être que communautaire. Le Burundi doit développer la coopération Sud-Sud en matière d’investissement dans le secteur énergétique pour asseoir une approche complémentaire et communautaire.

Le développement de ce secteur présente beaucoup de potentialités mais se heurte à plusieurs défis entre autres: l’accroissement de l’offre énergétique, la pression démographique, la réhabilitation et la construction des infrastructures, la maîtrise des pertes énergétiques et des coûts de production, la maîtrise des coûts des produits pétroliers, le renforcement des capacités du personnel du secteur énergétique, la diversification des sources d’énergie, l’entretien et la maintenance des équipements énergétiques, l’utilisation rationnelle des sources d’énergie traditionnelle (le bois, charbon de bois,etc ) et l’atténuation des perturbations climatiques.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*