Agriculture

Production de café: hausse de 26% sur les prévisions annuelles, à 126.171 tonnes de cerise

La campagne édition 2018-2019 est positive, avec une production de 126.171,621 tonnes de café cerise au lieu de 100.000 tonnes attendues. Le ministre en charge de l’Agriculture est plutôt satisfait et annonce d’autres mesures.

“Cultivé essentiellement par les petits producteurs, le café est l’un des produits agrico-industriels les plus importants au Burundi, apportant au pays plus de 60% des devises résultant des exportations” indiquait le ministre Déo-Guide Rurema, soulignant que “sur base des données disponibles, 19.774 tonnes de café vert seront produites sur une prévision de 15.000 tonnes, soit une réalisation de 126%”. 

Une production qu’il faut protéger, rappelle le ministre: “Nous interpellons l’administration, les forces de l’ordre, tous les acteurs de la filière et la population en général de rester toujours vigilant dans la lutte contre toute forme de fraude vers les pays limitrophes”.

Il salue le pas déjà franchi dans la gestion des centres de transit du café cerise, la lutte contre la fraude et le paiement cash. A cela s’ajoutent le paiement des avances en cas de nécessité, l’octroi des crédits par les banques commerciales à travers la “fenêtre spéciale” en vue de payer à temps les caféiculteurs. Ce qui fait qu’actuellement, le café parche est déjà dans les usines de déparchage et conditionnement.

Tenant compte de l’état de la conduite de cette campagne café 2018-2019 où il y a encore du café cerise sur les pieds dans certains coins du pays, le ministre recommande aux dépulpeurs de “continuer à réceptionner le café cerise là où il y en a encore jusqu’au 5 août 2018. Comme ce café n’est pas de bonne qualité, il sera acheté au prix du café cerise B, c’est à dire à 250 FBu/kg”, ajoute-t-il. Du coup, le 2ème paiement des caféiculteurs apporteurs de café cerise se clôturera avec le mois d’août 2018.

Il demande aux caféiculteurs de continuer les travaux de recépage et de paillage des caféiers qui ont débuté ce 1er juillet: “Le reste du café sur les pieds en âge de recépage doit être collecté et traité. Les modalités de gestion de ce café vont être étudiées”.

Le ministère en charge de l’Environnement et l’Agriculture se réjouit encore une fois de “la synergie et la collaboration qui ont caractérisé les acteurs de la filière pour augmenter la production et la productivité”.

Rappelons que l’ouverture de la campagne café 2018-2019 a eu lieu le 29 mars 2018, cette culture participant à alimenter les revenus de près de 600.000 ménages ruraux au Burundi.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*