EAC

Le kiswahili, outil indispensable pour le Burundi dans l’intégration régionale

L’association Sapross-Burundi (Solutions Académiques à la Promotion du Swahili Standard) a organisé une journée de sensibilisation sur l’importance du kiswahili sous le thème ’’Langue et développement, deux éléments intimement liés”, pour promouvoir cette langue parlée dans tous les six pays de la Communauté Est Africaine (EAC), en plus de la RDC.

“L’objectif de cette journée est de sensibiliser la communauté burundaise sur l’importance de la langue kiswahili dans le développement du pays”, fait savoir Gildas Yihundimpundu, trésorier de SAPROSS-Burundi avant de préciser que sans la langue, le pays ne se développe pas.

Il explique que la langue kiswahili est utilisée dans le développement du commerce et choisie comme langue officielle de l’EAC: “Celui qui n’est pas en train d’apprendre le kiswahili ces derniers jours se perd sur le plan d’opportunités économiques et de communication. C’est une langue inévitable, très utilisée à côté de l’anglais”. C’est dans ce sens que Dorothée Nshimimana, professeur de l’Université du Burundi, plaide pour la construction de salles dans lesquelles les jeunes voulant apprendre le kiswahili vont se former, “au nom du renforcement de l’intégration régionale du Burundi”.

Pierre-Claver Harerimana, président de Sapross-Burundi précise que son association forme “la plupart d’enseignants des écoles secondaires. Ainsi, au terme d’une enquête effectuée en province de Ngozi, sur 23 établissements scolaires, 14 enseignants du Kiswahili ont suivi le programme de cette association, 8 étant des lauréats de l’Université du Burundi et un est autodidacte”.
Au final, l’association Sapross-Burundi, qui a vu le jour en 2008 a déjà formé plus de 2.500 lauréats dont certains parmi eux ont été déjà embauchés dans les différentes institutions, d’autres dans la carrière des médias soit burundais ou internationaux.

Gorgon Sabushimike, directeur de la Radio Nderagakura et membre de Sapross-Burundi a encouragé les membres de cette association pour cette bonne initiative, rappelant l’importance du Kiswahili dans le domaine de la communication, de la culture, du commerce et du  tourisme.
Signalons que 157 lauréats qui viennent de terminer le 2ème niveau du cursus de l’enseignement du Kiswahili au sein de Sapross-Burundi provenant de l’Université du Burundi et de l’ENS ont été certifiés lors de cette journée de sensibilisation.

One Comment

  1. Je parle plusieurs langues y compris le swahili,mais mon mode de vie ne change.qu-est-ce qui me manque?

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*