Économie

Première édition réussie du Salon Industriel du Burundi

Des dizaines d’entreprises opérant au Burundi dans divers domaines étaient au Club du Lac Tanganyika à l’occasion de la première édition du Salon industriel, édition 2018, organisé du 14 au 16 juin 2018 à Bujumbura par l’Association des Industriels du Burundi – AIB. 
 
Des dizaines de stands avec des produits allant de l’agro-alimentaire aux boissons, à la papeterie, au cuir, aux produits cosmétiques ou de construction, au textile, à l’imprimerie, aux produits pharmaceutiques et chimiques, au bois, au métal, etc. Et des centaines de visiteurs, certains surpris de découvrir des industries établies au Burundi qui produisent des articles d’ordinaire importés. “Promouvoir le secteur industriel en général et les entreprises industrielles du Burundi et de la sous-région en particulier, c’est l’objectif principal de ce premier salon industriel au Burundi’’, indique Olivier Suguru, président de l’AIB. Une occasion de visibilité pour les produits “made in Burundi” auprès des différents partenaires porteurs de développement ainsi que du public.

Un événement pareil, “le Burundi en avait besoin d’urgence”, estime-t-on au sein de l’AIB: “Le secteur de l’industrie est d’une grande importance pour sa part dans les économies des pays par sa contribution dans la production intérieure, la création d’emplois, l’accroissement des revenus de la population et la réduction de la pauvreté.” Bien plus, “l’industrie améliore la valeur des produits après leur transformation et permet de diversifier les exportations et accroître le niveau des échanges, le transfert technologique utile pour améliorer le niveau de production des pays en voie de développement comme le Burundi” précise M. Suguru.

En filigrane de ce salon, l’AIB a aussi voulu promouvoir la constitution au Burundi d’un secteur privé large et fort, en invitant les entreprises à vocation industrielle travaillant dans le secteur informel de se faire enregistrer dans le secteur formel.
“L’Association des Industriels du Burundi a été créé en 1999 par un groupe des représentants d’entreprises à caractère industriel en vue de constituer un cadre approprié pour la défense et le développement des intérêts professionnels des industries du Burundi en général et des membres en particulier”. 

La représentante pays de Trade Mark East Africa, Alice Nibitanga a quant à elle fait savoir que Trade Mark East Africa contribue en appuyant le secteur industriel par l’instauration d’un climat favorable permettant la franche collaboration entre le secteur public et privé: “La région de l’Imbo constitue une zone économique stratégique pour le Burundi, selon une étude récente que nous avons mené”, souligne Mme Nibitanga.

Les entraves du secteur industriel au Burundi

Le président de l’AIB souligne que les défis ne manquent pas dans le secteur industriel au Burundi. Notamment le manque d’énergie électrique suffisante, ou encore des secteurs peu développés comme l’exploitation minière et le secteur du tourisme.
Quant à la compétitivité et l’accès au marché régional et international, l’AIB recommande “la mise en place des lois relatives aux normes de l’EAC, une politique nationale de l’industrialisation et l’élimination des barrières non-tarifaires qui constituent encore un frein au développement, la création d’un cadre permanent de dialogue et d’échange entre le ministère du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme avec le secteur privé, etc.”
Les participants ont eu l’occasion de visiter les stands des industriels dont les entreprises de construction, de transformation agroalimentaire, imprimeries, les banques, le textile, l’assurance, etc.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*