Publi-reportage

Journée de la libération de l’Afrique: “De jeunes africains se lèvent pour la paix, la dignité et la justice pour le continent”

Ce vendredi 26 mai 2018, au Jardin Public de Bujumbura, plus de 100 jeunes burundais regroupés dans le mouvement “Activista” se sont joints à ceux du monde pour célébrer la Journée de la libération de l’Afrique.

Une centaine de jeunes Burundais qui s’ajoutaient aux milliers d’autres à travers l’Afrique pour rappeler les idéaux de paix, de justice et d’équité sociale, scandant leur attachement au panafricanisme. La belle ambiance au Jardin Public de Bujumbura n’a pas fait oublier le thème retenu par l’Union Africaine, “Combattre la corruption”, un sujet brûlant d’actualité à travers le continent.

Ainsi, l’activiste Appolinaire Nishirimbere, coordinateur du mouvement de jeunes activistes volontaires encadrés par Action Aid au Burundi, a partagé dans son exposé les enjeux de la “Libération de l’Afrique face aux flux financiers illicites et la corruption”.
Selon lui, “l’Afrique soufre depuis la colonisation d’une hémorragie financière due aux endettements auprès des instances financière mondiale. Et de cela, chaque enfant africain naît endetté”. du coup, pour Nishirimbere, “ce phénomène de constant endettement associe aux détournements, à la corruption et aux flux financiers illicites est la principale cause du sous-développement pour nombreux pays africains”.

Un avis partagé par Ninette Ishimwe, elle aussi activiste volontaire qui estime que la corruption et les flux financiers illicites en Afrique “influent négativement sur la vie et le développement de la femme africaine, l’empêchant ainsi d’être considérée à sa juste valeur et se voit par conséquent discriminée”.
Et de demander au Gouvernement du Burundi d’éradiquer avec plus d’efforts la corruption. Aux organisations non gouvernementales, Mme Ishimwe demande de sensibiliser la population et de continuer le plaidoyer pour la justice fiscale et économique visant à combattre les injustices liées au genre.

Quant à André Ndereyimana, Conseiller technique chargé des politiques et plaidoyer, recherche et communication au sein de l’Action Aid Burundi, “les jeunes africains doivent être conscientisés sur les pertes financières qu’enregistre l’Afrique annuellement. Ils doivent être réveillés pour contribuer à stopper l’hémorragie financière de l’Afrique”.

André Ndereyimana a, dans son exposé sur la naissance et l’historique de ce réveil, expliqué qu’au travers du mouvement “Les africains se lèvent” ou Africans Rising, “des jeunes sont déterminés à promouvoir une solidarité à l’échelle de l’Afrique et l’unité des peuples d’Afrique pour construire un meilleur avenir”.
Pour lui, “la corruption est une dégradation de la moralité citoyenne”. Et de proposer aux jeunes activistes de se lever pour faire pression aux gouvernements afin qu’ils rendent compte de leurs engagements.

Cette journée célébré sous le thème “Combattre la corruption”, coïncidait avec la commémoration de la création de l’Organisation de l’Union africaine (OUA), le 25 mai 1963 à Addis-Abeba, en Éthiopie, sous le parrainage du négus Haïlé Sélassié. À l’époque, cette organisation panafricaine réunissait 32 États qui venaient d’accéder à l’indépendance, avait notamment comme mission le soutien aux peuples qui n’étaient pas encore libres à se défaire du joug colonial.

One Comment

  1. Ntahitangiye

    1)“les jeunes africains doivent être conscientisés sur les pertes financières qu’enregistre l’Afrique annuellement. Ils doivent être réveillés pour contribuer à stopper l’hémorragie financière de l’Afrique”.
    2)”Et de proposer aux jeunes activistes de se lever pour faire pression aux gouvernements afin qu’ils rendent compte de leurs engagements.”
    “Combattre la corruption” par les jeunes ?
    Les jeunes (démunis pour la plupart) ont-ils accès à la destination de l’hémorragie financière de l’Afrique ?
    Comment les jeunes feront-ils pression sur les gouvernements alors qu’ils ignorent les circuits de la gestion financière nationale ? Par la violence ? Et après ?
    Le phénomène de corruption est lié à l’état spirituel de l’homme (égoïsme). Quand on est égoïste plus on est milliardaire plus on cherche à corrompre pour avoir plus et quand on est démuni on ne résiste pas à la corruption par le milliardaire.
    Seulement on semble ignorer que le milliardaire et le pauvre ont tous deux la même taille de parcelle à la fin de leur vie : une tombe de moins de 3 m²
    Partage ton pain avec celui qui a faim et ne te détourne pas de ton semblable: c’est la lutte contre la corruption

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*