Économie

Le Burundi se prépare à tenir son premier Salon industriel en juin prochain

Le président de l’Association des Industriels du Burundi (AIB), Olivier Suguru, revient sur les forces et les faiblesses de l’industrie burundaise qui tiendra un salon en juin.

«L’économie burundaise est minée par une multitude de faiblesses qui limite la compétitivité des entreprises industrielles burundaises», a déclaré Olivier Suguru, président de l’AIB lors de la conférence de presse de ce vendredi 11 mai sur les préparatifs de la première édition du Salon Industriel du Burundi organisé du 14 au 16 juin prochains à l’hôtel Club du Lac Tanganyika.

Pour Olivier Suguru, “cette situation empêche le Burundi de jouir totalement des avantages de son intégration régionale sans passer sous le silence le niveau des infrastructures, très bas”. Du coup,  le Burundi affiche dans l’ensemble “des performances de loin inférieures à celles des pays voisins, membres de la communauté Est-Africaine et le secteur industriel burundais en particulier souffre d’un sérieux retard.”

Toutefois, Olivier Suguru indique que le Burundi possède “un énorme potentiel avéré de croissance, à la condition d’écarter les obstacles qui minent notamment la transformation en profondeur des produits du secteur agricole”. Ainsi, “une exploitation mieux organisée et respectueuse de l’environnement du secteur minier, la promotion et le développement du tourisme, la promotion des innovations technologiques et des services notamment financiers sont la panacée à la promotion de l’industrie burundaise”, propose M. Suguru.

Cet industriel indique que l’accélération de la croissance est nécessaire, et pour y arriver, “l’économie burundaise se doit de trouver un nouveau moteur complémentaire à l’aide des partenaires qui l’ont soutenu jusqu’ici, tout en renforçant la stabilité macroéconomique. Ce nouveau moteur devrait être une industrie robuste appuyée sur les infrastructures énergétiques et de transports nationaux et régionaux”, poursuit-il.

Par ailleurs, afin de mieux impliquer le secteur industriel dans le développement du Burundi, la promotion des produits industriels burundais et régionaux ainsi que le renforcement des échanges intra-communautaires, à travers notamment la première édition du Salon de Industriel du Burundi, “qui offrira de la visibilité aux industries burundaises”.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*