Éducation

48 livres et plusieurs articles publiés sur l’histoire du Burundi, hommage à l’œuvre du Pr Emile Mworoha

Les professeurs et anciens étudiants du Pr Émile Mworoha lui ont rendu hommage ce vendredi 11 mai pour son apport immense à l’historiographie burundaise.

Un livre intitulé “Un demi-siècle d’histoire du Burundi, à Émile Mworoha, pionnier de l’histoire africaine” lui est ainsi dédié. Cet ouvrage présenté ce vendredi par les chercheurs formés par le Pr Mworoha, comme Dr. Nicodème Bugwabari, Dr. Jean Marie Nduwayo et Pr. Melchior Mukuri a vu la participation de 24 contributeurs, dont 16 sont de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines.

“Emile Mworoha est un chercheur infatigable, un homme plein d’Ubuntu, un Umushingantahe”, a souligné le Pr Melchior Mukuri. Et son confrère Bugwabari de louer “son apport à la compréhension de l’histoire et de la societe burundaise par la recherche scientifique, sans oublier les hautes responsabilités occupées dans le pays”.

Quant au Dr Jean Marie Nduwayo, chef au département d’histoire à l’Université du Burundi, “cet hommage vient pour encourager les plus méritants de leur vivant. Même dans d’autres universités du monde, de tels moments existent avec des hommages aux professeurs qui se distinguent dans les publications, ce qui donne courage à d’autres chercheurs”. Et de promettre que “celle ou celui qui produira des travaux scientifiques aussi riches sera récompensé”.

L’Ambassadeur de France au Burundi, Laurent Delahousse a conclu la rencontre avec cette belle citation: “Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme”.

Vous saurez que le Pr Émile Mworoha, à 78 ans, est en retraite depuis 2012.

2 Comments

  1. “…un peuple sans l-histoire est un monde sans âme” je pense que Emile Mworoha,dans son Ouvrage,a abordé le principe belge colonial “diviser pour régner” qui nous a divisé avant qu-il ne s-en aille pas.

  2. Ntahitangiye

    L’Ambassadeur de France au Burundi, Laurent Delahousse a conclu la rencontre avec cette belle citation:“Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme”.

    Si demain on devait écrire un livre de l’histoire du Burundi à partir de ce que disent les médias occidentaux et Monsieur Doudou Diène ,président de la Commission d’enquête de l’ONU sur la situation des droits de l’homme au Burundi, on aurait un livre où toutes les pages de l’histoire du peuple burundais sont effacées.
    Les Occidentaux d’hier étaient-ils différents de ceux d’aujourd’hui pour permettre au Professeur Emile Mworoha d’écrire ce qui est nuisible à leurs intérêts ou ce qui est contraire à ce qu’ils voulaient ?
    Nous avons été déracinés de notre histoire, nous sommes devenus sans âme et nous nous sommes entre-tués.
    Il faut réécrire notre histoire pour retrouver notre âme et reconstruire ensemble notre patrie.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*