Référendum

Le parti RANAC ne participera pas à la campagne du référendum constitutionnel

Avec le début de la campagne pour le oui ou le non au référendum constitutionnel, tous les yeux sont rivés sur les partis politiques, sur leurs positions en particulier. Plusieurs formations politiques se sont déjà prononcées et sont présentes déjà sur terrain. Le parti RANAC opte pour ne pas participer à la campagne référendaire.

“Le référendum constitutionnel n’est pas une affaire des partis politiques”, propos d’Aloys Baricako, président du parti Rassemblement National pour le Changement “RANAC ” au cours d’une conférence de presse qu’il vient de tenir ce vendredi, trois jours après le début de la campagne électorale pour le oui ou le non à la nouvelle Constitution.

Pour Aloys Baricako, le changement de la constitution est du ressort exclusif du gouvernement et leurs administratifs. “Les partis politiques vont seulement dans les élections pour chercher des voix et des postes pour imposer son programme”, indique le président du parti RANAC.
Ici Aloys Baricako donne l’exemple des changements de la Constitution des années 1992 et 2005 où selon lui, les gouvernements d’alors se sont beaucoup impliqués dans ce processus. Le président du RANAC ajoute qu’en plus de cela ils n’ont pas encore reçu la version finale de la nouvelle Constitution. “Nous allons nous prononcer sur le oui ou le non quand nos membres auront connaissance de ce qui va changer dans la Constitution”, poursuit Aloys Baricako.

A la question de savoir qui délivre la copie de la nouvelle Constitution, le président du parti RANAC indique que c’est au gouvernement ou au ministère de l’Intérieur ou à la CENI de le faire. Aloys Baricako appelle néanmoins ces militants à répondre au vote du 17 mai 2018 et d’accepter le verdict des urnes. “Nous appelons nos membres à voter ce qui leur semble bon”, a-t-il conclu.

2 Comments

  1. politique faible du Ranac

  2. Ntahitangiye

    C’est compliqué d’être politicien!
    1) “Pour Aloys Baricako, le changement de la constitution est du ressort exclusif du gouvernement et leurs administratifs. “Les partis politiques vont seulement dans les élections pour chercher des voix et des postes pour imposer son (leur) programme”, indique le président du parti RANAC.”
    Là il semble avoir raison
    2)”Le président du RANAC ajoute qu’en plus de cela ils n’ont pas encore reçu la version finale de la nouvelle Constitution. “Nous allons nous prononcer sur le oui ou le non quand nos membres auront connaissance de ce qui va changer dans la Constitution”, poursuit Aloys Baricako”
    Combien de membres de son partis ont-ils la version de l’actuelle constitution ? A-t-il seulement expliqué à ses membres l’essentiel de l’ancienne constitution ? Pourquoi ne le ferait-il pas pour la nouvelle constitution ? Vont-ils se prononcer après le 17 mais ?
    3)”Aloys Baricako appelle néanmoins ces militants à répondre au vote du 17 mai 2018 et d’accepter le verdict des urnes. “Nous appelons nos membres à voter ce qui leur semble bon”, a-t-il conclu.”
    Comment sauront-ils ce qui leur semble bon s’ils n’ont pas la version finale de la constitution ?

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*