Agriculture, Économie locale

La filière avocat, nouvelle culture d’exportation du Burundi: 200.000 plants d’avocatiers produits grâce au FIDA

Le Programme de Développement des Filières (PRODEFI-II) et la Coopérative “Dutezanye Imbere” de Murayi en province de Gitega ont signé ce lundi 30 avril 2018 une convention de partenariat public-privé-producteurs dans le noble but de développer la filière avocat au Burundi.

Le Burundi s’est trouvé une nouvelle culture d’exportation. L’avocat. Selon la convention signée hier, “300 pépiniéristes seront soutenus pour produire des plans d’avocat de qualité, au moins 200.000 plants d’avocatiers riches en huile de bonne qualité respectant les normes environnementales et les teneurs nutritionnelles sont produits et diffusés dans toute la zone d’action du programme”. Ainsi, la qualité d’avocats recherchés généreront des plus-values autant pour les producteurs, la production nationale en avocats augmentera et permettra grâce à des prix acceptables d’améliorer la qualité nutritionnelle des populations et notamment les enfants, etc.

De quoi réjouir le Dr Déo Guide Rurema, ministre de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Élevage: “Le slogan de FIDA est en compatibilité avec la volonté du gouvernement du Burundi de faire du paysan-producteur le centre d’intérêt et de développement”. Quant à la gérante de la coopérative “Dutezanye Imbere”, Caterina Iametti Nduwimana, le prix de l’huile d’avocat va bientôt diminuer: “Avec la signature de cette convention, le prix de vente qui est maintenant situé entre 20.000Fbu et 25.000 Fbu par bouteille de 1 litre va baisser”.

Selon Kadari Ghachem, représentant de PRODEFI au Burundi, le PRODEFI a un objectif global de “contribuer à l’augmentation des revenus et à l’amélioration de la sécurité alimentaire des ménages pauvres à travers le développement et le renforcement des filières agricoles prioritaires au sein desquelles les petits exploitants des provinces touchées jouent un rôle central, tirent une valeur ajoutée optimale pour leur production et améliorent leur revenus et leurs conditions de vie”. Et c’est dans ce cadre que cette convention a été signée non seulement pour développer la filière avocat mais aussi pour apporter une assistance technique aux producteurs par la livraison des plans de qualité issus des variétés à haut rendement.

Le ministre Rurema a promis de “continuer la promotion de ce partenariat public-privé-producteurs avec d’autres producteurs de fruits comme le maracuja, les champignons, pourquoi pas l’horticulture”.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*