#BurundiDialogue, Référendum

Référendum constitutionnel: “Seules les urnes vont départager les partis politiques”, selon l’ONPGH

“Seules les urnes vont départager les partis politiques”, explique Jean de Dieu Mutabazi, président de l’Observatoire National pour la Prévention et l’Éradication du Génocide, des Crimes et des autres crimes contre l’Humanité, l’ONPGH en sigle. C’était au cours d’une conférence de presse animée ce vendredi 27 avril.

Pour Jean de Dieu Mutabazi, le projet d’amendement de l’actuelle Constitution a suivi une procédure légale et participative: “Il s’agit d’une démarche légitime et de souveraineté nationale”, indique-t-il. Pour ceux qui s’inquiètent de la disparition des Accords d’Arusha, Jean de Dieu Mutabazi, par ailleurs président du parti Radebu, tranquillise: “Le référendum de 2018 est destiné à doter le Burundi d’une Constitution actualisée mais conforme à l’Accord d’Arusha, et que par conséquent, elle sera une Constitution de tous les Burundais et non une Constitution d’un seul homme”.

Sur ce, le président de l’ONPGH se dit satisfait que 26 partis politiques et des indépendants se soient fait enregistrer pour battre campagne électorale à partir du 1er mai prochain: “C’est cette diversité qui enrichira le débat et permettra à la population de voter en connaissance de cause”.
En outre, Jean de Dieu Mutabazi trouve l’état des droits de l’homme au Burundi “globalement satisfaisant, sauf les crimes de droit commun qui sont en train d’être poursuivis normalement par les juridictions compétentes”.

L’Observatoire rappelle d’ailleurs aux partis politiques et aux indépendants que “rien ne peut justifier l’usage de la violence, ni pour se maintenir au pouvoir, ni pour conquérir le pouvoir”. Appelant les réfugiés et leaders d’opinion à “rentrer”, M. Mutabazi promet que “l’ONPGH est engagé à les assister dans le cadre de ses missions”.

One Comment

  1. Moi quelquefois je ne comprends pas votre Mr de l’ONPGH.Vous dites qu’en votant la constitution c’est à dire par EGO ça sera l’occasion d’actualiser celle d’Arusha et d’éviter le pour d’un seul homme.Vous contredisez ce que nous voyons et ce nous avons vecu.Maintenant le Président actuel gouverne trois fois successives le pays c’est à dire trois mandats bien entendu qu’il a déjà violé celle d’Arusha elle qui donne accès à deux seulement.Nous tendons sans doute vers la monarchie là où nous resterons avec un seul homme au pouvoir.Mais avec des intérêts différens chacun peut justifier ce changement de la constitution de sa manière.Je vous remércie

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*