Référendum

“Le climat n’est pas favorable pour battre campagne pour le non”, estime le député Pierre Célestin Ndikumana

Le président du groupe parlementaire Amizero y’Abarundi à l’Assemblée Nationale donne deux exemples qui, selon lui, prouvent que la promotion du non lors de la campagne référendaire pour la nouvelle Constitution s’annonce périlleuse.

Honorable Ndikumana parle d’abord «d’emprisonnements de personnes sur simple soupçon de faire la promotion du non». Il évoque ensuite «l’impunité dont jouissent certains jeunes du parti au pouvoir qui malmènent les leaders à la base soupçonnés d’être favorables au non».

Ici il donne l’exemple de ce qui s’est passé dans le sud de la capitale où, la semaine passée, «les jeunes ont molesté des gens aux quartiers Kizingwe-Bihara en zone Kanyosha et se sont même permis de passer à tabac un député d’Amizero y’Abarundi venu s’enquérir de la situation ».

Et honorable Ndikumana de regretter que «jusqu’à présent, personne de ces jeunes ne soit encore inquiété alors alors qu’ils avaient commis des crimes répréhensibles par la loi et déjà qu’il est du ressort du ministère public de s’auto-saisir en pareils cas».

L’on saura qu’il répondait à la question de savoir s’il était rassuré par rapport au contexte et à la période accordée pour mener la campagne électorale, qui députe ce 1er mai 2018.

One Comment

  1. Ntahitangiye

    Nimba umuntu agomba gukorera ineza y’igihugu, narabe ivy’ashoboye gukorera neza igihungu biri mur’iryo tegeko nshingiro rishasha, hanyuma abikore neza. Aho nih’abanyagihungu bokwemera ivy’ avuga.
    Ni tureke imvugo yabaterera amabombe (missiles) mu muji mukuru w’igihugu hanyuma bakavuga ngo bariko barakingira abanyagihugu ; ukamenga mu muji (Damas) ntabanyagihugu bahaba.
    Bahejeje bakaza kuvuga ngw’abategetse b’i Burundi nibo babi.
    Hazogera igihe ata numwe azokwemera ivyo bavuga.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*