Sécurité

“Nécessité d’un encadrement patriotique et spirituel pour les rapatriés adeptes de Zebiya”, estime le ministère de l’Intérieur

Le ministère burundais de l’Intérieur se félicite du retour au bercail ce 1er avril de 1604 adeptes de la prophétesse Zebiya Ngendakumana, après cinq ans d’exil.

Dans la matinée de ce dimanche, par le poste-frontière entre le Burundi et le Rwanda de Gasenyi –Nemba, en province de Kirundo (147 km de Bujumbura) arrive un convoi de bus en provenance du Rwanda. Les adeptes de Zebiya, à majorité des femmes et des enfants sont accueillis sur le sol de leurs ancêtres après leur retraite dans le triangle de Kamanyola, à l’Est de la RDC, frontière avec le Burundi et le Rwanda. Il y a deux semaines, ces réfugiés étaient entrés au Rwanda pour éviter notamment leur enregistrement biométrique par le HCR, une « pratique contraire à leur foi ». Même au Rwanda, le HCR exigera ce genre d’enregistrement. Altercation avec la police. Ces Burundais décident alors de rentrer dans leur pays.

L’assistant du ministre de l’Intérieur Thérence Ntahiraja salue ce rapatriement: « Nous sommes heureux que nos compatriotes regagnent leur pays natal. Heureux sont aussi les membres de leurs familles qui ne les avaient plus revus depuis cinq ans. Certains d’ailleurs se sont empressés de venir récupérer les leurs pour les ramener dans leurs foyers ».

« Refoulés pour refus d’être recrutés par des militaires rwandais »

Mais M. Ntahiraja exhorte ces rapatriés au « respect de la loi ». L’on se rappellera qu’avant la retraite à l’Est du Congo, le ministère de l’Intérieur reprochait à ces adeptes de Zebiya de perturber la sécurité par leur insubordination à la loi nationale et à des mesures administratives, au nom de leur foi. Pour M. Ntahiraja, « ces réfugiés ont besoin d’un encadrement patriotique et spirituel ». Il insiste sur le volet spirituel et encourage les hommes d’Eglises à « être au chevet de ces adeptes de la prophétesse Zebiya ».
Le ministère de l’Intérieur du Burundi s’attend à un autre convoi car « ils sont environs 2.500 les adeptes de Zebiya au Rwanda ».

Signalons que la police burundaise affirme que ces Burundais sont « refoulés » parce qu’ils ont « refusé d’être recrutés par des militaires rwandais (qui en gardent les jeunes) et des Burundais pour attaquer le Burundi ».

One Comment

  1. Ntahitangiye

    “« ces réfugiés ont besoin d’un encadrement patriotique et spirituel ». Il insiste sur le volet spirituel et encourage les hommes d’Eglises à « être au chevet de ces adeptes de la prophétesse Zebiya ».

    “encadrement patriotique et spirituel”:
    Dans la vie d’une personne il ne peut pas y avoir une séparation entre sa vie politique et sa vie religieuse . La séparation entre le pouvoir politique et le pouvoir religieux est impossible. Les deux se complètent. Un bon politicien est celui qui a eu une bonne compréhension de la Parole de Dieu.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*