Accueil, Politique

Olivier Nkurunziza : « A l’Uprona, notre visionnaire, c’est Rwagasore »

Le Secrétaire Général du Parti de Rwagasore s’est exprimé sur l’élévation du Président Nkurunziza au titre de « Visionnaire du parti CNDD-FDD » et sur bien d’autres questions du moment.

Le Président Nkurunziza, désormais « Visionnaire du parti CNDD-FDD». Votre réaction?

« Chaque formation politique à sa façon de s’organiser. S’il a été haussé au titre de Visionnaire de son parti, c’est le choix des Bagumyabanga. Cela relève de leur organisation interne. Nous félicitons le Président Pierre Nkurunziza et lui souhaitons bonne chance pour ce titre honorifique. A l’Uprona, notre Leader, notre «Visionnaire » est Rwagasore et il est en même temps Héros de l’Indépendance du Burundi.

Visionnaire du parti au pouvoir, qu’est-ce que cela implique pour lui?

Devenir un visionnaire d’un parti politique n’est pas chose simple parce que tu es le leader et tu traces les lignes directrices de ton parti.

Quel profit la nation burundaise peut-elle tirer de cette élévation du Président de la République au titre de visionnaire de son parti?

Si aujourd’hui il est haussé au titre de Visionnaire, c’est-à-dire que son parti lui donne une très grande stabilité au sein de son parti. Son parti vient de le stabiliser et il a la chance de redresser toutes les situations parce qu’il à la confiance de tous les administratifs, de tous les responsables du pays, et tous les ministres. Si toutes ces personnes travaillent pour le pays, il a la chance d’améliorer la vie du pays.

Au niveau du parti Uprona, quels devraient être les priorités pour la nation du Visionnaire du parti au pouvoir?

Nous souhaitons voir le pays se développer, diminuer le taux de chômage, augmenter la qualité de vie de la population burundaise. Sinon, le titre de « bon leader », « Visionnaire du parti » sans la lutte contre la corruption et l’injustice, cela ne signifie pas grand-chose pour nous, cela serait un non-événement. Pour nous, l’événement est de travailler, à la faveur de ce titre, pour changer l’image du pays en le développer de telle sorte que nous aussi qui ne sommes pas membres du CNDD-FDD, nous puissions dire que ceux qui lui ont attribué ce titre ne se sont pas trompés.

Olivier Nkurunziza: “Nous demandons au gouvernement de libérer l’espace politique pour tous les politiciens qui sont dehors et ici au Burundi pour qu’il y ait une compétition politique sans faille dans les prochains jours pour des élections paisibles”

Pour plusieurs opposants réunis en Belgique, la résistance armée est la seule option pour faire plier le Président Nkurunziza…

Dans sa façon de faire, le parti Uprona n’utilise jamais la force et est contre la violence comme moyen de faire entendre ses revendications politiques. Depuis 2015, nous exhortons les opposants à plutôt contribuer pour qu’il y ait des élections paisibles au Burundi. Nous encourageons l’opposition en exil à participer aux élections référendaires de 2018 ou générales de 2020.

Justement, comment l’Uprona est-il en train de se préparer aux élections à venir?

Nous faisons des descentes dans les différentes provinces pour sensibiliser la population à aller voter. Nous faisons constater à cette population que certes il y a ceux qui ont boycotté les élections de 2015, mais que cela ne les pas mis à l’abri d’être gouvernés par les élus de ceux-là qui ne sont pas retirés. Nous demandons au gouvernement de libérer l’espace politique pour tous les politiciens qui sont dehors et ici au Burundi pour qu’il y ait une compétition politique sans faille dans les prochains jours pour des élections paisibles.

A propos du dialogue inter-burundais, le facilitateur Mkapa vient d’être reconduit par le sommet des Chefs d’États de l’EAC tenu récemment à Kampala en Ouganda…

La décision des présidents de l’EAC de reconduire Mkapa comme facilitateur dans le dialogue inter-burundais a été saluée par le parti Uprona. Dans les recommandations contenues dans un document remis à la facilitation lors de la 4ème session du dialogue inter-burundais à Arusha au mois de décembre 2017, notre parti a émis le souhait de voir le dialogue continuer au Burundi, toujours sous l’égide de William Mkapa. En effet, le président Mkapa a déjà fait plus de deux ans avec les Burundais. Par conséquent, il les connaît très bien. Amener une autre personne ou une autre institution en dehors de l’EAC est synonyme de remettre le dialogue à Zéro. Il est vrai que comme facilitateur, le Président Mkapa rencontre des difficultés. Mais ce qui compte surtout pour notre parti c’est le résultat : une feuille de route vers des élections paisibles et transparentes.

Peut-on savoir s’il y a des initiatives pour la réunification du parti de Rwagasore?

Il y a un seul parti Uprona, un et indivisible, et qui est dirigé par Abel Gashatsi. Dans l’opinion, on parle de l’Uprona de Gashatsi, de l’Uprona de Mukasi, de l’Uprona de Nditije, etc. Depuis 1962, on a entendu ce discours. Mais au niveau de la direction actuelle, nous sommes en train de tout faire pour rassembler les « Badasigana » en ramenant au bercail particulièrement les transfuges de 2015, ceux-là qui n’ont pas voté pour l’Uprona suite à la conjoncture politique de l’époque. Les résultats sont déjà là : bien des militants ont déjà regagné le bercail. La nouvelle direction est disposée à réintégrer même ceux qui sont allés dans d’autres formations politiques, une fois qu’ils en expriment le souhait. Elle est toujours prête à accueillir de nouveaux adhérents.

2 Comments

  1. Njebarikanuye

    Je félicite le Secrétaire général du parti Uprona pour avoir dit que le visionnaire des badasigana est Rwagasore!

  2. Ntahitangiye

    Un constat:
    “Devenir un visionnaire d’un parti politique n’est pas chose simple parce que tu es le leader et tu traces les lignes directrices de ton parti.”
    1)Les Rois du Burundi ont tracé les lignes directrices de leurs règnes
    2) Le Prince Rwagasore a tracé les lignes directrices de l’UPRONA
    3)Le défunt président Melchior Ndadaye a tracé les lignes directrices du FRODEBU
    Ils n’ont pas eu la tâche facile pour mener à bien la vision des bonnes intentions qu’ils avaient pour le Burundi.
    4)Est-ce le Visionnaire du CNDD-FDD qui devrait avoir la tâche facile ?
    Chaque mot prononcé en kirundi est traduit par tout le monde (chacun selon ses intentions) comme si le kirundi était une langue internationale dont les médias internationaux deviennent spécialisés pour la traduction . On se rappellera de la traduction du mot “gukora”prononcé par le Président du Sénat.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*