Rallye, Rencontres d'Ikiriho, Sports

“Le même enthousiasme au slalom de Bujumbura que lors du dernier Rallye de décembre”

Dans la foulée du slalom au Boulevard de l’Indépendance ce dimanche 11 mars, Adon Negamiye, vice-secrétaire général du Club Automobile du Burundi livre son appréciation et annonce de grands rendez-vous en vue pour le sport automobile.

Adon Negamiye, vice-secrétaire général du Club Automobile du Burundi

Votre appréciation du slalom d’hier ?

La 5ème édition du Slalom de Bujumbura s’est bien déroulée. Aucun incident n’a été signalé, et l’événement a suscité autant d’enthousiasme que le Rallye du Burundi organisé l’année passée au mois de décembre. Les spectateurs ont répondu nombreux pour voir les prouesses des pilotes présents. Et ils ont été impressionnés de voir que cette compétition a été remportée par Onésime Bijeje (Toyota Celica), un fan de ce sport comme eux-mêmes.

Les grands noms du sport auto étaient quand même absents comme Valéry Butera, Rudi Catanhedhe, etc.

L’objectif principal de ce slalom était de donner la chance aux fans de la mécanique de participer dans une compétition de sport automobile. On a tenu à favoriser plus « Monsieur tout le monde » et « Madame tout le monde » que les grands noms du sport automobile comme Valery Bukera et Rudi Catanhedhe. Juste pour éclaircissement, les pilotes de rallye comme Valery Bukera, Mohammed Roshanali, Dias Maceri faisaient partie des commissaires du slalom afin de juger et apprécier la tenue de route des participants.

Dans vos compétitions, on ne voit que des voitures. Aucune moto. Votre commentaire ?

Le sport automobile englobe aussi les motos. Durant le slalom d’hier, les spectateurs ont pu constater la présence de deux concurrents conduisant des « buggy » catégorie de moto à 4 roues. Preuve que les événements qu’on organise la présence de moto nous est aussi cher. Les compétitions de motos suivent un règlement de la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA). Notre club est prêt à partager avec les amateurs de moto ces règlements. Et on leur promet que le temps venu, ils auront une compétition dans les règles de l’art.

Un rallye est prévu à Ngozi en avril. Pourquoi Ngozi et pas ailleurs ? Quelles sont vos attentes de cet événement?

Le rallye de Ngozi est programmé du 28-29 avril 2018, pour faire connaître au grand public cette province. Juste pour rappel, le dernier rallye organisé à Ngozi avait connu un grand succès et le club a tenu à inclure cette province dans le calendrier des rallyes 2018 en tenant compte de la qualité technique des pistes ainsi que la capacité d’accueillir les spectateurs (hôtels et guests house). Ici, je tiens à préciser que le Club automobile du Burundi fournit un apport conséquent dans le domaine touristique au Burundi.

Comptez-vous y inviter des compétiteurs étrangers ?

Différents pilotes des pays limitrophes nous ont déjà confirmé leur présence durant ce rallye et on souhaite que le public réponde massivement à notre invitation.

Un buggy

Y aurait-il de grands rendez-vous internationaux auxquels le Club Automobiles du Burundi est convié?

Oui, les pilotes du club automobile du Burundi ont été invités à participer au “Gomes Zambia International Rally” qui va se dérouler les 22, 23 et 24 juin 2018 et on espère en retour la présence de pilotes zambiens au mois de décembre au Rallye du Burundi 2018.

Y a-t-il, une différence entre slalom et rallye ?

Le rallye exige une licence délivrée par un club automobile agréé à la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA) et qui est organisé seulement pour les voitures homologuées “rallye”. Il se déroule sur des pistes fermées et est subdivisé dans “des spéciales”. Par contre, le slalom est une compétition automobile ouverte à tous. qui exige à un concurrent de se munir d’un permis de conduire en règle, une voiture ayant l’assurance en ordre, le contrôle technique ainsi que la carte rose Durant le slalom, les commissaires de course apprécient la tenue de route du véhicule entre les obstacles placés dans le circuit. C’est une épreuve de vitesse et de maniabilité chronométrée, de démarrage et de freinage sur un parcours d’une longueur de 800 mètres au minimum et de 2000 mètres au maximum, devant comporter pour réduire la vitesse, tous les 80/90 mètres, un virage ou une chicane matérialisée. Le non-respect de cette chicane par les concurrents est pénalisé. Les concurrents doivent marquer un arrêt à l’arrivée sous peine d’exclusion de la manche.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*