EAC, Infrastructures

Quand le Burundi tire profit du lac Victoria via l’EAC et la Regideso

Bientôt, plus de problème d’adduction à l’eau potable ou de débit insuffisant de l’eau de robinet dans les villes de Muyinga, Ngozi et Kayanza. Ceci grâce à Lake Victoria Water Supply and Sanitation-phase II, LVWATSAN II, un projet de l’EAC dont les travaux sont suivis de près par la Regideso pour le compte du gouvernement burundais.

Accompagné du directeur général de la Regideso Jéroboam Nzikobanyanka et des cadres de cette société , le ministre de l’Energie et des Mines Côme Manirakiza étaient le lundi 26 février au chefs-lieux des provinces Muyinga, Ngozi et Kayanza pour se rendre compte de l’état d’avancement de la mise en exécution des travaux d’adduction d’eau potable dans le cadre du projet LVWATSAN II, en supplément au réseau existant. C’était aussi pour constater les blocs de sanitaires construits dans trois écoles de ces villes du Nord du Burundi, toujours dans le cadre du projet LVWATSAN II.
Il y a quelques mois, le Secrétaire Général de l’EAC Libérat Mfumukeko a visité lui aussi ces trois provinces pour le même objectif.

Pourquoi tant d’intérêt pour LVWATSAN ? C’est que c’est un projet qui va nettement améliorer le bien-être des habitants des villes bénéficiaires, par le fait qu’elles seront très largement approvisionnées en eau, jusqu’au moins en 2035. «Les hôtels et tous les quartiers ne connaîtront plus de problème de coupure d’eau ou de débit insuffisant d’eau dans les robinets», témoignage d’Aline Manirabarusha, gouverneur de Muyinga.

Le Burundi n’est pas limitrophe au lac Victoria

En ville de Ngozi, les habitants des quartiers nouvellement créés mais pas encore viabilisés comme Gisagara et Gatare attendent avec impatience «l’eau LVWATSAN» dans un mois et demi; la société Sogea-Satom qui exécute les travaux ayant déjà posé des tuyaux dans ces quartiers. Les habitants des autres quartiers de cette ville qui prend son essor espèrent qu’avec LVWATSAN, finies les coupures intempestives d’approvisionnement en eau ; fini aussi le désagrément de l’eau coulant au compte-gouttes dans la douche ou dans le robinet.

En province Kayanza, avec LVWATSAN, même les quartiers non approvisionnés aujourd’hui pourront pousser un ouf de soulagement. C’est le cas de «  Mu rya Bwandimari », quartier doté d’un abattoir et d’un petit marché ainsi que les quartiers Gatwaro et Nyabihanga.

Paradoxe ! Le Burundi jouit d’un projet concernant le Victoria-Nyanza, le plus grand lac du continent mais qui relève au Nord de l’Ouganda, au Nord-Est du Kenya, au Sud de la Tanzanie. A titre indicatif, Mwanza, la ville sur ce lac la plus proche du Burundi se trouve à 513 Km de Ngozi ?

La réponse se trouve dans la géographie : le nord du Burundi se trouve dans le bassin du lac Victoria. C’est-à-dire que les eaux des rivières de cette partie du Burundi finissent dans le lac Victoria. D’où le droit de la population du Burundi de profiter de la plus-value des projets comme LVWATSAN. Les bénéficiaires de ce projet ont de quoi être fiers de l’intégration du Burundi dans l’EAC !

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*