Politique, Référendum

“A défaut de la carte d’identité et de l’extrait d’acte de naissance, la carte d’élève pour se faire enrôler”

Les membres du Conseil National de la Jeunesse, CNJ, ont effectué dans l’avant-midi de ce jeudi 15 février une descente dans quatre écoles secondaires de la commune Ntahangwa, mairie de Bujumbura. Objectif : vérifier l’état des lieux de l’opération d’enrôlement électoral chez les élèves.

École de l’Excellence de Ngagara, ex-Ecole Normale de l’Etat, une école à régime d’internat qui compte 183 élèves pour quatre classes. 55 élèves en âge de s’enrôler. Le directeur Tharcisse Bendantokira dit avoir fait les démarches nécessaires pour leur obtenir la carte nationale d’identité, CNI.
A l’ETS, une autre école à régime d’internat comptant 2. 164 élèves en âge de s’enrôler, la direction s’emploie à chercher la CNI pour 916 élèves. « Pas de souci, la CNI sera disponible dès ce soir », tranquillise le directeur Pierre Claver Niyonizigiye qui précise que certains élèves se font enregistrer dans leurs quartiers.

Dans les enceints de cette école se trouve un centre d’inscription mais l’encadreuse recenseur dit être incapable de dire combien d’élèves déjà enregistrés car le centre accueille aussi des gens des quartiers environnants.

Même chose au Lycée communal de Kamenge où plus ou moins 460 élèves n’ont pas de pièces pour se faire enrôler. Le directeur exhibe des extraits d’acte de naissance qu’il a pu chercher pour les élèves: « Tout le personnel de l’école est à pied d’œuvre pour procurer des pièces aux élèves qui en expriment le besoin ».

Au Lycée de Gisenyi, établissement aussi à régime d’internat, la directrice Jacqueline Nunu indique que la direction a pu chercher des pièces pour environ 200 élèves afin qu’ils ne manquent pas d’exercer leur droit de voter.

« Satisfaction prudente »

Au terme de cette visite, Me Eraste Nzosaba, président du CNJ exprime sa satisfaction: “Nous sommes optimistes que dans les deux jours qui restent, tous les élèves se seront fait inscrire. Bien qu’il reste un effectif assez important d’élèves non encore enrôlés, nous sommes particulièrement encouragés par le fait que les responsables scolaires s’impliquent suffisamment pour faciliter l’obtention de la CNI ou l’extrait d’acte de naissance à leurs élèves”.

Optimisme, mais aussi prudence chez le directeur communal de l’enseignement Léopold Niyungeko qui renseigne que certains élèves de l’intérieur du pays n’ont ni la CNI ni l’extrait d’acte de naissance. Bien plus, les directions ne sauraient prendre la responsabilité de les envoyer chercher ces documents dans leurs communes d’origine. Il demande alors à la CENI d’accepter que ces élèves soient enrôlés sur présentation de la carte d’élève, quitte à être préalablement parrainés par un les responsables scolaires qui ont les dossiers individuels de chaque élève. Le parrainage éviterait que des étrangers ayant la carte scolaire ne se fassent enrôler. Ceci au cas où les responsables scolaires seraient dans l’impossibilité d’obtenir la CNI pour ces élèves en ce moment où du monde se presse aux chefs-lieux des zones à la recherche des documents pour se faire enrôler. Cette proposition a trouvé un écho favorable chez Me Eraste Nzosaba.

A la question s’il n’existerait bien d’autres jeunes notamment les non-scolarisés qui ne se sont pas fait enrôler pour manque de la CNI ou l’extrait d’acte de naissance et qu’on pourrait être reproché au CNJ de ne pas s’être suffisamment investi dans la mobilisation des jeunes électeurs, Me Eraste Nzosaba répond que le travail de mobilisation incombe au premier chef à l’administration: “Le CNJ ne fait que vérifier si l’enrôlement se fait à un niveau satisfaisant”.

Signalons que comme l’indique Longin Hakizimana du conseil provincial de la jeunesse dans Bujumbura, au terme de sa visite dans les écoles de cette province rurale, le constat est le même que pour les écoles de la mairie.

One Comment

  1. Ntahitangiye

    Quelles mesures a-t-on prises( ne fut-ce que l’enrôlement pour les élections de 2020) pour les Burundais se trouvant à l’Etranger dans les pays où le Burundi n’a même pas un consulat ?

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*