Sécurité

Alain-Guillaume Bunyoni : « En matière de sécurité, la dissuasion préventive avant tout »

Le ministre de la Sécurité Publique s’insurge contre une certaine opinion et des chancelleries à Bujumbura qui trouvent antinomique que la police parle d’amélioration de la sécurité au moment où elle porte des armes lourdes à la main.

Une précision de la part du général Bunyoni, au cours de sa conférence de presse sur le bilan annuel de son ministère, ce mercredi 27 décembre : « Il y a un principe à la police : au lieu d’être obligé de recourir à des moyens forts pour rétablir la sécurité, mieux est de garder ces moyens forts tout près de soi ». Et d’expliciter : « Quand les moyens forts sont à tes côtés, c’est la dissuasion. Un criminel qui avait de mauvaises intentions mesure d’abord le danger devant lui et renonce à passer à l’action. Si les policiers du Burundi n’avaient pas de moyens forts, les gens mal intentionnés peuvent même estimer qu’ils les désarmeraient facilement ».

Selon le ministre Bunyoni, la criminalité a aussi évolué avec le temps, ce qui constitue une autre raison pour expliquer pourquoi l’on voit des policiers lourdement armés. « Naguère, quand quelqu’un voyait où se trouvait des effets militaires, il faisait vite de vider les lieux. Mais aujourd’hui, quand on voit un militaire esseulé, on le désarme et on s’empare de son fusil. Le malfaiteur peut garder l’arme pour voler, la vendre en Tanzanie, ou en RDC»

« Pas de blague  chez eux : même les chars de combat interviennent en cas de besoin »

Le ministre stigmatise certains Burundais qui, « au risque même de négliger de veiller à la sécurité de leur pays », répercutent le point de vue de certains étrangers relativisant l’état sécuritaire au Burundi. Pourtant, pointe le général Bunyoni, même les pays étrangers ne lésinent pas sur les moyens de prévention et de rétablissement de la sécurité dans leurs pays : «Comment se présente la sécurité chez eux? Ils déploient 20 ou 30 mille policiers et militaires. En France c’est l’état d’urgence sans cesse prorogé. Pas de blague chez eux: même les chars de combat interviennent en cas de besoin ».

Le général Bunyoni dont son ministère a été classé premièr en termes de performances pour l’année 2017 par la Présidence de la République martèle à qui veut l’entendre : « Si un voleur utilise une kalachnikov, il est permis d’utiliser contre lui une mitrailleuse légèrement plus performante que son arme. Il faut l’empêcher de voler les biens de la population. Et s’il pointe son arme contre vous, mettez-le hors d’état de nuire. Il part seul, mais ce sont 20 ou 30 citoyens qui sont sauvés ».

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*