Sécurité au Burundi

PNB: “Faute d’être payés, les gardiens ont abandonné l’hôtel de Jean Minani qui a été vandalisé, il y a un an”

La Police du Burundi réagit sur les informations annonçant la destruction de l’hôtel de l’opposant Jean Minani, réélu il y a cinq jours à la tête du CNARED.

L’opposant Pancrace Cimpaye, porte-parole du CNARED fait circuler depuis hier une information faisant état de la destruction de l’hôtel de Jean Minani dans la ville de Kirundo, une “réaction de colère du pouvoir de Bujumbura, furieux et contrarié par la réélection du Dr Jean Minani à la tête du CNARED”, selon lui.

La Police du Burundi n’a pas tardé à réagir, qualifiant l’ancien porte-parole présidentiel de verser dans la manipulation de l’information. En effet, “les photos qui circulent sur l’hôtel du Dr Minani montrent beaucoup plus son état de dégradation après plus de deux ans de non entretien, et non des actes de vandalisme qui remonteraient à quelques jours”. 

Le porte-parole de la PNB Pierre Nkurikiye explique: “Cela fait bien plus d’une année que l’hôtel a été abandonné et vandalisé. Il y a eu d’abord l’exil du patron des lieux, Jean Minani. Par après, des criminels venus du Rwanda lanceront une attaque sur le Commissaire provincial, le gouverneur et le président de la ligue des jeunes du parti Cndd-Fdd de Kirundo. Ils seront arrêtés. Devant les juges, ils témoigneront que l’attaque a été commanditée par Jean Minani et qu’ils ont peaufiné les préparatifs dans l’hôtel de ce dernier. Les criminels seront condamnés et la justice ordonnera que l’hôtel où s’est préparé le crime soit fermé pendant deux ans. Des armes seront saisies dans cet hôtel et trois des employés condamnés à des peines de prison pour complicité. Ils purgent leurs peines à la prison de Ngozi.”

Pierre Nkurikiye souligne par ailleurs que la garde de l’hôtel était privée: “Faute d’être payés, les gardiens ont abandonné leur poste sans avertir la police ou l’administration. L’hôtel sera pillé. Au cours d’une patrouille nocturne, la police a d’ailleurs arrêté des pilleurs qu’elle a présentés à la justice. C’est donc à ces sentinelles que Jean Minani devrait plutôt demander des comptes”.

Les accusations de destruction de l’hôtel de l’opposant circule sur les réseaux sociaux au Burundi alors que la plate-forme d’opposition du CNARED que préside Jean Minani a indiqué qu’elle ne participera pas au dialogue inter-burundais tenu à Arusha sous la facilitation est-africaine.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*