Politique Locale

“Le rapatriement des réfugiés n’est pas un prérequis pour l’amendement de la Constitution ou le processus électoral”

Le forum permanent de dialogue des partis politiques agréés au Burundi a organisé mardi le 7 novembre 2017 à Bujumbura, un atelier sur le rapatriement des réfugiés burundais.

L’assistant du ministre de l’Intérieur et de la Formation patriotique Térence Ntahiraja

L’assistant du ministre de l’Intérieur et de la Formation patriotique Térence Ntahiraja était invité comme consultant pour expliquer et donner quelques éclaircissements sur le rapatriement des réfugiés burundais. Il a commencé par rappeler que dans le monde entier, on peut observer une grande fréquence des mouvements des populations suite aux problèmes socio-économiques et aux guerres qui hantent les différents pays de la planète, le Burundi n’étant pas épargné depuis la colonisation jusqu’aujourd’hui.

M. Ntahiraja a indiqué par la suite les conditions du rapatriement qui sont la paix et la sécurité dans le pays d’origine, les moyens financiers alloués au HCR, la synergie des différents intervenants, les bonnes relations diplomatiques.
L’assistant du ministre de l’Intérieur et de la Formation patriotique a aussi indiqué que pour le cas du Burundi, le rapatriement officiel des Burundais a été organisé conformément à la réglementation y relative, et grâce au retour de la paix et de la sécurité au pays, plus de 573.000 Burundais ont été officiellement rapatriés et intégrés.

Plus de 45.000 Burundais ont bénéficié de la nationalité tanzanienne et y sont restés. Il a signalé qu’il y a d’autres réfugiés burundais qui ont été intégrés aux USA et en Europe et que cela a eu lieu après l’accord d’Arusha et l’accord global de cessez-le-feu de 2002 à 2012.
De 2016 à nos jours, suite à l’amélioration de la sécurité au Burundi, plus de 100.025 Burundais se sont rapatriés eux-mêmes en 2016, plus de 68.000 jusqu’au 15 août 2017 et plus de 7549 rapatriés officiellement après la tripartite du 29 au 31 août 2017.

Selon le planning de cette tripartite, plus de 12.000 Burundais auront été rapatriés officiellement en provenance des pays limitrophes du Burundi du 7 septembre au 31 décembre 2017. C’est-à-dire que depuis 2016 à aujourd’hui, plus de 175.149 Burundais ont déjà retourné au pays.
M. Ntahiraja a signalé que le rapatriement n’est pas une condition qui fait qu’il n’y ait pas d’élections ou d’amendement de la Constitution dans un pays quelconque. Malgré cela il invite les politiciens burundais qui sont au Burundi, à lancer un appel pressant aux autres politiciens burundais qui ont fui le pays, de rentrer au Burundi car les conditions de retour sont réunies.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*