Transports

Grogne des taxis-vélo de Gatumba: où vont leurs cotisations ?

Les chauffeurs de taxis-vélo de Gatumba en commune Mutimbuzi, de la province Bujumbura (ouest du Burundi) se plaignent et se disent lésés par le fait qu’ils ne bénéficient pas des avantages de leur Association pour le développement des taxis vélo du Burundi (ADTAVBU).

Les taxi-vélos en manifestation au centre de Bujumbura

En effet, ces chauffeurs de taxis-vélo de cette localité ont confié jeudi à l’ABP qu’ils paient 23.000 FBu chacun, pour avoir accès au parking, et de ce fait, d’avoir le droit d’adhésion à cette
association.

Un de leur chef qui est dans le collimateur, affirment-ils, leur inflige une amende quand ils n’ont pas participé aux travaux de développement communautaires. En outre, quand ils font un accident ou quand ils tombent malades, ils sont obligés chacun, de contribuer solidairement sur-le-champ et dans leurs poches pour faire soigner le malade, au lieu d’avoir le droit de retirer dans la caisse de l’association.
Leur crainte est que les chefs utilisent l’argent de leur association pour d’autres fins, voir même qu’ils le détournent, ont-ils ajouté.

Aussi, le couvre-feu auquel ils sont soumis pour des raisons de sécurité a empiré leur situation financière, car les heures de travail ont été diminuées. Ils travaillent de 6 h du matin à 18 h, ce qui a
une incidence négative sur leur rendement au quotidien.

Le représentant de l’ADTAVBU dans cette localité et qui est cité dans cette affaire, un certain Jean-Paul Nibizi a nié tout ce qui lui est reproché, signalant que ceux qui le disent sont ceux qui ne
s’acquittent pas régulièrement des obligations envers l’association, étant donné qu’en cas de transgression de la loi, ils sont punis selon le statut de cette association.

Il est à signaler que ces taxis-vélo sont à plus de 300 sur les parkings de Maison Verte, Ruzizi et le centre de Gatumba.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*