Processus CVR

Évariste Ngayimpenda : « Un pouvoir responsable devrait organiser une double commémoration des drames de 1993 »

Commémoration officielle de l’assassinat du Président Ndadaye et de ses collaborateurs le 21 octobre à la Place des Martyrs à Bujumbura, alors qu’à Kibimba on se souvient d’élèves brûlés à Kwibubu (Gitega). L’opposant politique Évariste Ngayimpenda revient sur cette double commémoration.

Pr Évariste Ngayimpenda est Recteur de l’Université du Lac Tanganyika

Quelle lecture faites-vous des commémorations séparées ?

Les commémorations séparées traduisent les conflits de mémoire qui existent entre les Burundais lorsqu’il s’agit de la lecture que font les uns et les autres des différentes tragédies qui émaillent l’histoire de leur pays. Ces conflits de mémoire sont entretenus par la myopie politique de la classe politique burundaise. Depuis des décennies se succèdent à la tête de ce pays des leaders sans beaucoup de vision pour le pays.

Quel danger avec ces commémorations séparées ?

C’est la traduction du danger qui menace la nation burundaise parce qu’on a affaire à un peuple qui n’arrive à faire une lecture minimalement commune de son histoire.

Honorer la mémoire des siens est légitime. La double commémoration dans le contexte actuelle, est-elle aussi légitime ?

Nul ne peut denier que l’assassinat du Président Ndandaye et de ses collaborateurs n’est pas un drame. De même le génocide des Tutsi qui a suivi est un drame. Un pouvoir responsable devrait donc organiser cette double commémoration. La modalité de le faire ne devrait poser aucun problème. D’autres événements moins importants, moins symboliques sont commémorés le même jour et dans des endroits différents.

La Commission Vérité et Réconciliation (CVR) n’est-elle pas la voie pour régler les différents mémoriels ?

La CVR travaille dans un contexte assez précis. Ce contexte a marqué l’adoption de la loi qui la gouverne ainsi que la mise en place de l’équipe qui constitue cette commission. C’est ce contexte qui explique en partie les conditions de travail actuelles de la CVR qui sont en deçà des minima internationalement connus et même de ce que prévoit les différents textes qui la gouvernent, déjà que ces textes accusaient de beaucoup d’insuffisances. C’est pourquoi la CVR ne peut satisfaire aux attentes des Burundais aujourd’hui.

Un mémorial commun, solution aux commémorations séparées ?

L’érection d’un mémorial commun partira d’une lecture partagée de l’histoire, parce que c’est cela qui en empêche l’existence.

Participeriez-vous aux cérémonies officielles à la Place des Martyrs le 21 octobre ?

On ne m’a jamais associé à un événement politique officiel de ce pays.

One Comment

  1. Une triple commemoration Dr Ngayimpenda car vous ne mentionnez pas que a la Mort de ndadaye s’en est suivi aussi une extermination systematic des populations hutu par l’armee burundaise de l’epoque (avec complicite de jeunes tutsi) durant plusieurs mois apres cet assassinat de Ndadaye.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*