Processus CVR

A Ruyigi, la CVR forme 83 agents de recueil des témoignages sur les crimes commis au Burundi

La Commission vérité et réconciliation (CVR) effectue depuis mercredi le 18 octobre jusqu’au 7 novembre 2017 une formation en province Ruyigi des agents et représentants provinciaux et distribue des fiches de dépositions des témoignages sur les crimes commis afin d’y recueillir des témoignages sur les crimes commis au Burundi.

Les commissaires de la CVR en province Muramvya

Me Clotilde Niragira, qui préside la délégation, fait savoir aux agents et représentants provinciaux que leur travail nécessite assiduité et confidentialité: le travail de recueil va durer 20 jours et se fera dans les 21 zones administratives des sept communes que compte la province Ruyigi.

88 personnes vont travailler sur le recueil des témoignages sur les crimes commis dans la province Ruyigi. Il s’agit de 83 agents de recueil, trois représentants provinciaux et deux membres de la commission au niveau national. Le travail de ces agents de recueil est de transmettre par écrit les témoignages recueillis au niveau de la population. Quant aux représentants provinciaux, ils ont la tâche de superviser le travail quotidien de ces agents pour s’assurer qu’il est fait, selon les normes exigées.
L’équipe des deux membres de la commission au niveau national est composée par un commissaire chargé d’interviewer des personnes ressources qui seront identifiées comme étant en possession ou ayant la connaissance de beaucoup d’informations (leaders et décideurs politiques de l’époque enquêtée, cadres et différents administratifs, responsables religieux, etc).

Formation des agents de la CVR pour recueillir les témoignages

Ce travail de la CVR se déroule aujourd’hui en province Ruyigi alors que l’église catholique avait déjà amorcé, depuis 2013, une initiative de vérité et réconciliation entre chrétiens dans le diocèse de Ruyigi qui englobe les provinces Cankuzo et Ruyigi.

Dans cette initiative, près d’une dizaine de cas de témoignages publics des auteurs des crimes commis pendant l’année 1993 avaient déjà été enregistrées. Le cas le plus récent est celui du dimanche 10 septembre 2017 où deux individus ont fait des témoignages publics au cours de la grande messe et demandé pardon à leurs victimes, à l’église catholique et ses fidèles, et à la communauté de façon générale.

Le diocèse de Ruyigi avait également produit un livre où il répertoriait les victimes de la crise de 1993 au niveau des provinces Ruyigi et Cankuzo. Dans ce livre figurent également des noms de sites géographiques présumés contenir des fosses communes ou des crématoires de masses populaires.
Mme Niragira fait savoir que le contenu de ce livre ainsi que l’œuvre de l’église catholique en vue de connaître la vérité et la réconciliation seront prises en considération et exploité comme document de référence. Elle fait pourtant noter que cette initiative n’avait pas pour autant de cadre légal le régissant.
Ce travail de la CVR se fait à Ruyigi au même moment qu’un autre qui se déroule en province Muramvya. Il a déjà été mené dans les provinces Bujumbura-mairie, Ngozi, Mwaro et Karusi.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*