Économie locale

15 jours pour localiser les contribuables œuvrant dans l’informel dans la capitale du Burundi

L’Office Burundais des Recettes (OBR) en collaboration la mairie de Bujumbura ont lancé officiellement, à partir du lundi 2 octobre, une campagne de localisation des contribuables qui opèrent dans l’informel afin de les aider à entrer dans la légalité.

La localisation vise différents métiers, à savoir les garages, les ateliers de menuiserie, de soudure et de couture, les salons de beauté et de coiffure, les bistrots, les restaurants, les unités de production d’huile, de pêche et de vente de poisson, les boutiques, les bijouteries et autres activités.

La collecte des données sera exécutée par les chefs de quartiers ou de collines qui doivent transmettre ces renseignements aux chefs de zones. Ces derniers remettront les fiches de renseignements à la mairie qui les transmettra à son tour à l’OBR.
Selon le directeur des renseignements et gestion du risque à l’OBR, Julius Bucumi, cette campagne de localisation de ces commerçants et artisans durera 15 jours dans la ville de Bujumbura et s’étendra ensuite dans les autres provinces du pays. D’après lui, les contribuables qui travaillent encore dans l’informel seront identifiés et fiscalisés. L’État va leur octroyer des NIF (numéro d’identification fiscale).

Le gouvernement va aider ceux qui exécutaient ces activités dans les rues à s’organiser et à avoir des lieux de travail. En sortant de l’informel, ils pourront également bénéficier des avantages accordés par l’Etat en matière commerciale. De plus, ils vont désormais payer des impôts et taxes dont le pays a besoin pour réaliser des activités de développement comme la construction des écoles, des routes, des hôpitaux et autres infrastructures sociales. Une fois organisés en associations, ces contribuables pourront aussi souscrire aux structures de sécurité sociale, pour bénéficier des mutuelles de santé ou des pensions de vieillesse.

Le conseiller principal du maire de la ville de Bujumbura, Ir Ramadhan Nkurikiye appelle les commerçants et artisans œuvrant dans l’informel à répondre favorablement à cet appel d’identification et de localisation, parce que quitter l’informel aide l’administration et le pays. Les impôts et taxes versés dans le trésor public vont contribuer aux projets de développement qui auront des retombées sur la même population. En outre, ce travail aidera l’administration dans la gestion de la sécurité, et tous ceux qui exercent des métiers dans la ville de Bujumbura seront connus et ne seront plus considérés comme des malfaiteurs.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*