Politique

Le message de Gitega: le Cndd-Fdd est prêt à affronter 2020

A Gitega, le parti au pouvoir a tenu pendant une semaine une longue séquence de retour aux sources la semaine dernière, avec tour à tour une prière interconfessionnelle d’action de grâce et un imposant rassemblement annuel des Imbonerakure. Une remise à zéro du compteur en vue de 2020?

Ces derniers mois, l’opinion était saturée par de nombreuses publications faisant état de dissensions à la tête du CNDD-FDD, le plus souvent alimentées par les communicants de l’opposition radicale sur les réseaux sociaux. L’image qui émerge des rassemblements de Gitega est pourtant toute autre.
Fidèle à son mot d’ordre de “rassembleur”, le parti au pouvoir s’est employé à afficher l’unité.

D’abord avec l’Église Catholique. L’homélie d’ouverture de la prière interconfessionnelle de Gitega n’a-t-elle pas été lue par Mgr Simon Ntamwana, le premier qui rejeta publiquement toute idée de nouveau mandat de Pierre Nkurunziza dès la fin 2014? L’expression du prélat “… nous les membres du CNDD-FDD” utilisée lors de l’ouverture de la prière a été abondamment reprise par les commentateurs pro-pouvoir comme le signe d’une réconciliation tant attendue.

L’unité affichée par le CNDD-FDD s’est aussi retrouvée dans les interventions: le précédent Président du parti Pascal Nyabenda ou son successeur, le Secrétaire Général Évariste Ndayishimiye, les intervenants du parti à l’aigle ou leurs alliés du CCM au pouvoir en Tanzanie, les différents confessions religieuses au Burundi, le législatif représenté par Pascal Nyabenda ou l’exécutif par Pierre Nkurunziza, etc.
Toutes ces personnalités sont revenues sur “l’importance de confier les destinées du parti à Dieu”, le Président Nkurunziza demandant à cet effet que “tous les Bagumyabanga fassent un jeûne tous les jeudis.”

2020 en vue

C’est au terme de trois jours de “prières, enseignements et louanges” que le Secrétaire Général du parti a “officiellement annoncé qu’aucun Burundais n’est considéré comme ennemi du CNDD-FDD”. Une déclaration très applaudie, et qui semble être le signal du prochain retour au bercail de certaines anciennes personnalités du parti qui l’ont quitté notamment avec 2015. Alice Nzomukunda et Matthias Basabose, tous anciens têtes d’affiche du CNDD-FDD et aux premiers rangs parmi les invités à l’activité ont dû apprécier.

Juste après la prière, le CNDD-FDD a tenu toujours à Gitega la journée dédiée aux Imbonerakure à laquelle participaient des délégués des ligues des jeunes des partis au pouvoir en Turquie, au Cameroun, en RDC, au Tchad, Tanzanie ou encore au Soudan. Avant de lancer une longue marche de “démonstration de force” au chef-lieu de Gitega, les Imbonerakure ont remis samedi matin au Président Nkurunziza en même temps numéro un du Conseil des Sages une sculpture avec un message sans équivoque: “Hangama ku ngoma”.

Le rassemblement du CNDD-FDD à Gitega n’est pas sans rappeler le premier Congrès du mouvement d’alors, en 2001, qui avait proclamé le pardon pour tous les membres fautifs, avant d’entamer des négociations réussies avec le gouvernement d’alors, la signature du cessez-le-feu puis la victoire de 2005.
16 ans plus tard, la direction du CNDD-FDD est consciente que le rendez-vous électoral de 2020 au terme d’un changement de Constitution peut s’avérer politiquement dangereux si le parti ne se lance pas en bloc.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*