Économie

La désolation des Batwa face à la nouvelle législation minière qui leur interdit l’accès libre des marais

Le directeur national de l’UCEDD (Union chrétienne pour l’éducation et le développement des déshérités), Innocent Mahwikizi a plaidé pour l’exemption de la communauté des Batwa face à la nouvelle loi régissant les mines et carrières.

Fabrication des pots traditionnels au Burundi – Image du Petit Futé

Dans une interview accordée à l’ABP, l’UCEDD est préoccupée par la désolation dans laquelle se trouvent les Batwa suite de la nouvelle législation minière: “Ils ne descendent plus dans les marais pour extraire de l’argile en vue d’exercer la poterie, leur vieux métier et unique source de vie”. Une loi qui interdit l’exploitation des mines et carrières sans autorisation préalable du ministère de tutelle, alors que l’acquisition du permis d’extraction “coûte les yeux de la tête, particulièrement pour les Batwa, souvent en situation d’extrême pauvreté”.

Une activité qui définit culturellement les Batwa, ajoute M. Mahwikizi, “malgré les maigres revenus que cette dernière leur rapporte actuellement”.
Face à cette situation, il a interpellé des parlementaires issus de la communauté des Batwa de se saisir de la question et la soumettre aux échelons habilités pour y remédier.

Par ailleurs, les briquetiers, les extracteurs de moellons, de sables et de graviers ne sont pas à l’œuvre pour le moment pour cause de lourdeur administrative dans l’acquisition de l’autorisation d’exploitation des mines et carrières. A titre indicatif, Jean Bosco Mukamurakoze, un briquetier de la colline de Mubuga en commune de Gitega, a indiqué qu’il y a plus de deux mois qu’il attend cette autorisation, expliquant que les documents du dossier sont demandés, d’un côté, auprès du ministère ayant l’environnement dans ces attributions, de l’autre, au ministère de l’Énergie et des Mines.

Le chef de la région-centre de l’Office burundais des mines et carrières (OBM), Cyprien Sinamenye a expliqué que le ministère en charge de l’environnement délivre l’attestation de conformité environnementale, conditionnée par une étude d’impact environnemental du projet, ajoutant que le second ministère octroi l’agrément d’exploitation.
Avec le guichet unique attendu à Gitega, dans le cadre de la décentralisation, l’on attend à ce que les documents ci-hauts dits y soient délivrés.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*