Économie locale, Société

FIDA  pour aider les jeunes à sortir de la pauvreté

Le Fond International de Développement Agricole (FIDA) organise des formations pour les jeunes dans le but de renforcer leurs capacités afin qu’ils soient capables de développer des emplois durables.

« Le résultat de la formation, c’est quand ceux qui l’ont suivie maitrisent en pratique ce qu’ils ont appris », déclaration de Chakib Zouaghi, Représentant (ai) de FIDA au Burundi lors de sa descente sur les milieux de formation. Selon monsieur Chakib Zouaghi, plus la formation est bonne, plus la qualité devient bonne et quand on produit des œuvres de qualité, on reçoit suffisamment de l’argent.

« Nous seront satisfaits quand nous visiterons vos propres entreprises», message du Représentant (ai) de FIDA aux jeunes en formation. « La formation est une étape mais il faut avancer pour arriver à réaliser de grands projets », ajoute-il. Pour Chakib Zouaghi, FIDA ne s’arrête pas seulement à la formation, il aide aussi les jeunes à trouver des financements auprès des micro finances qui collaborent avec FIDA. «La formation est la base mais nous reconnaissons aussi que les jeunes ont besoin d’un capital », affirme-t-il.

Selon toujours cette autorité, il faut apprendre à cette étape comment préparer les dossiers afin de contacter les sociétés de micro finance qui offrent à meilleur taux le financement pour qu’ils puissent démarrer leurs projets. « Les dossiers bien faits détaillant les coûts du projet et les bénéfices à réaliser ont les chances d’être retenus », souligne le Représentant (ai) du FIDA. « C’est quand vous démontrez que vous réalisez les bénéfices que les banques vont placer confiance en vous pour financer vos projets », poursuit-il. Soucieux de la santé de la population, le Représentant (ai) du FIDA recommande aux jeunes d’être prudents pour leur sécurité et pour la salubrité des produits réalisés.

Matières de formation diversifiées

Les jeunes qui suivent la formation sont classés en trois catégories suivant les matières de formation. 40 jeunes garçons sont en train d’être formés sur la fabrication des moulins et d’extracteurs de jus, 20 jeunes filles sur la coiffure des dames, manucure et pédicure ainsi que 40 jeunes filles qui suivent une formation sur les modèles d’habillement féminins et masculins.

Selon Boniface NDAYIRAGIJE, Directeur de l’observatoire National de l’Emploi et de la Formation: «L’Office Burundais d’Emploi et de la Main d’œuvre va collaborer avec FIDA pour faciliter les petits métiers dans les milieux ruraux pour aboutir à des résultats plus positifs».

Signalons qu’un moi de plus vient d’être accordé à 100 jeunes qui sont en train de suivre une formation pour améliorer leurs connaissances.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*