Agriculture

Des mesures pour éviter la fraude du café burundais lors de la campagne 2017-2018

Le ministre de l’Agriculture et de l’Élevage Déo Guide Rurema a publié jeudi le 4 mai 2017 à Bujumbura, un communiqué à travers lequel il indique que faisant suite aux réunions tenues respectivement par le 2ème vice-président de la République et le ministère à sa charge en dates du 11 avril et du 3 mai 2017, à l’intention de tous les intervenants dans la filière café, certaines mesures relatives à la gestion de la campagne café 2017-2018 viennent d’être prises pour que cette dernière se déroule dans les conditions normales.

D’après M. Rurema, le prix au producteur ne doit pas être en dessous de 500 FBu par kg de café cerise, le paiement cash est strictement interdit et le paiement des caféiculteurs se fera en deux temps. Le premier avant la fin du mois de mai 2017 dans les zones où la campagne a déjà commencé, et le deuxième avant la fin du mois de juillet 2017.

Selon le ministre Déo Guide Rurema, les centres de collecte du café cerise qui ne respectent pas le règlement de production du café parche fully washed et washed sont à supprimer. Les centres de collecte de café cerise seront gérés par les propriétaires des stations de dépulpage-lavage. Par ailleurs, la production du café washed est interdite dans les zones couvertes par les stations de dépulpage-lavage.

M. Rurema a indiqué que le gouvernement ne tolérera aucune fraude du café et demande à tous les administratifs, du sommet à la base, et les commissaires provinciaux frontaliers, d’être vigilants pour décourager cette pratique qui met en cause les efforts du gouvernement et des agriculteurs pour une redynamisation de cette culture.

Signalons que d’après le même ministre, ces mesures ne concernent pas les provinces de Ruyigi, Rutana et Cankuzo.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*