Économie locale

A quand l’arrivée des 60% des revenus de l’impôt locatif, se demandent les communes et la Mairie

La mairie de Bujumbura et les communes attendent le retour des 60% des revenus provenant de la collecte de l’impôt locatif. Cependant, ni l’Office Burundaise des Recettes (OBR) qui l’a collecté, ni la mairie de Bujumbura et les communes ne savent quand la somme arrivera…

Séance d’éducation et sensibilisation sur la lutte contre la corruption pour les vérificateurs de l’OBR

Selon le porte parole de l’OBR, il n’y a actuellement pas de loi sur laquelle l’OBR peut se référer pour procurer à la mairie et aux communes les 60% du revenu issu de l’impôt locatif. « Légalement, les choses ne sont pas encore claires. Et pour qu’il y ait une loi, cela n’est pas du ressort de l’OBR, mais du gouvernement et de élus du peuple » indique Jean Mvuyekure, porte-parole de l’Office. Avant de poursuivre: « Les communes et la Mairie sont priées d’user de plus de patience. D’ailleurs ce n’est pas trop tard, au vu du jour de la clôture de la collecte ».

Cependant, le retard du retour du montant dans les caisses de la Mairie et des communes entraîne le blocage de certains projets. L’administrateur de la commune Ngozi, Radjabu Songambere regrette la situation, alors que les projets communaux avaient été budgétisés en conséquence. «Mais qui perd à gauche gagne à droite » ajoute l’administrateur, convaincu que l’impôt foncier qui est réparti au niveau des communes et de la mairie servira à combler le vide en attendant le retour des 60%.

Pour M. Songambere, « l’avantage est que l’OBR pourra collecter bien mieux que nous ne pourrions le faire, car étant plus expérimenté dans ce domaine que les communes ».

Le handicap que pose le manque des recettes communales versées par l’OBR en provenance de l’impôt locatif est reconnu aussi à la mairie de Bujumbura, ou encore dans la commune Gitega. Son admicom, Valentin Nahimana, se donne encore “deux à quatre mois” avant d’évaluer l’impact que pourrait avoir l’absence des montant attendus de l’OBR.

One Comment

  1. Jean-Marie

    Ceci est un autre exemple de la mauvaise conception des projets et le manque de suivit par les élus locaux! D’où emane cette idée de redistribution des 60% sans qu’il y ait des mesures de suivies quand à son application?
    Ces “loopholes” sont à la base des fuites des fonds publiques et d’autres maux y relatifs!! Tenez par exemple, personne ne semble pouvoir où avoir la responsibilité de justifier/expliquer pourquoi ce retard, plutôt on fait reference à l’absence de loi et par là on tend à comprendre que c’est déliberement que l’ on rerarde cette redistribution!!

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*