Sécurité au Burundi

“L’insécurité alimentaire en passe d’être surmontée au Burundi”, selon les gouverneurs des provinces

La sécurité alimentaire s’améliore dans différentes provinces du pays. Avec la récolte attendue à la mi-mai, ce sera la fin de la traversée du désert, annonce plusieurs gouverneurs des provinces burundaises.

Des femmes au marché de Gitega

Sérénité chez Hassan Abdallah, gouverneur de Ruyigi : « La situation alimentaire n’est pas si mauvaise dans notre province. La population a pu récolter le maïs. La population qui a semé tôt le haricot commence à récolter.» Le gouverneur donne pour preuve le retour au bercail de ceux qui avaient quitté le pays.
A l’Ouest du pays, Tharcisse Niyongabo, gouverneur de Bubanza dit aussi que la population commence à voir la lumière au bout du tunnel: « L’insécurité alimentaire commence à reculer avec les premiers récoltes de la saison culturale B. Mais cela ne veut pas dire que les aides alimentaires ne sont plus nécessaires ».

Même optimisme à Muyinga (nord-est) où la gouverneure Aline Manirabarussha tranquillise : «La population traverse une situation de la sempiternelle disette de mars et d’avril. Mais la province a connu une bonne pluviométrie; les ONG comme CRS, PAM, FAO et Care-Burundi ont beaucoup aidé dans la distribution des semences. L’insécurité alimentaire sera reléguée dans les oubliettes à la mi-mai ».

La surpopulation alimente l’insécurité alimentaire

Toujours au nord du Burundi, Alain-Tribert Mutabazi, conseiller économique du gouverneur de Kirundo constate que l’insécurité alimentaire recule et qu’il n’y a plus de personnes qui fuient vers Tanzanie. Une nuance cependant : « A cause de la surpopulation qui entraîne l’exiguïté des terres cultivables, l’insécurité alimentaire est devenue presque chronique pour certaines populations enregistre beaucoup de cas de vol dans les champs et dans les ménages ».
Au centre du pays, la gouverneure de Karuzi est confiante que l’insécurité alimentaire sera définitivement vaincue à la mi-mai avec la récolte du haricot.

Le gouverneur de Gitega, Venant Manirambona, se veut lui aussi serein : “Nous avons sensibilisé la population à planter les légumes et la situation alimentaire s’est ainsi améliorée “.
Même optimisme en province Murmvya. Le gouverneur Emmanuel Niyungeko est satisfait de ce que les agriculteurs qui ont semé au cours des deux premières semaines de la saison culturale B commencent à récolter.

Au sud du pays, le gouverneur de Bururi Christian Nkurunziza rassure : «Pas de famine dans notre province. La récolte est bonne, la population continue à multiplier les efforts pour produire plus ».
L’assistant du ministre de l’Intérieur, Thérence Ntahiraja est lui aussi optimiste : « La sécurité alimentaire s’améliore dans tout le pays, y compris dans les provinces qui ont connu la sécheresse, le pays ayant dû venir en aide aux populations de ces provinces par une campagne nationale de solidarité. »

M. Ntahiraja rappelle que l’Assemblée Nationale a récemment autorisé la détaxation de certains produits vivriers importés, une garantie supplémentaire que l’insécurité alimentaire sera vaincue à la mi-mai.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*