Transports

Rareté du carburant en début de cette semaine: joute médiatique entre OBR et Ministère en charge de l’Énergie

Deux services étatiques se donnent de coups bas à travers les médias au sujet de la pénurie de carburant en début de cette semaine. De même que le ministère en charge de la question des carburants, le pétrolier Engen pointe aussi son doigt vers l’Office Burundais des Recettes (OBR).

Rareté du carburant à Mwaro (ABP)

De longues files de véhicules ce sont remarqués depuis l’après-midi de ce lundi le 17 avril jusque mercredi devant les stations-services dans la capitale Bujumbura.  Même les stations approvisionnées par la société Interpetrol n’avaient pas de carburant ; fait assez rare, selon des chauffeurs de bus.
Dans un point de presse de Daniel de ce mercredi, Daniel Mpitabakana, directeur carburant au Ministère de l’Energie et Mines a expliqué cette situation par « une panne de connexion internet au niveau des services de l’Office Burundais des Recettes (OBR) ». La panne est intervenue au niveau de la société d’entreposage de produits pétrolier (SEP) dans l’avant midi de lundi 17 avril où l’OBR dispose de ses employés. « Cela a retardé la procédure de dédouanement, plus précisément l’établissement par l’OBR des déclarations de mise en consommation (DMC) », affirme M. Mpitabakana.

L’OBR s’en lave les mains

Sur son compte Twitter, l’OBR s’inscrit en faux contre le contenu du point de point de presse. « L’OBR ne connaît pas de panne pour être la cause qui perturbe le commerce du carburant. Il n’a pas connaissance d’une panne de connexion de ce lundi 17 avril évoqué par le directeur du carburant ». Et d’ajouter : «Une déclaration de produit pétrolier ne peut pas durer plus de 5 minutes sauf dossier incomplet ».

A la société Engen qui importe de grosses quantités de carburant, le parton Freddy Ipoma confirme qu’il y a eu effectivement lundi « lenteur au niveau des déclarations de mise en consommation ». Mais il dit ne pas savoir si cette lenteur était due à une panne de connexion. Par contre il tranquillise : « Il y a assez de quantités de carburant au niveau de la SEP, en cours de route, au niveau des dépôts en Tanzanie et il y a beaucoup des produits pétroliers en commande pour les prochains approvisionnements ».

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*