Économie locale

“A 10.000 FBu le kg (3.000 FRw), le Rwanda nourrit intelligemment la fraude du café venu du Burundi”

La fraude de café tend à prendre une ampleur inquiétante depuis la campagne café 2017 dans la commune Kabarore de la province Kayanza, une commune frontalière avec Rwanda.

Depuis le début de la campagne café 2017, il y a trois semaines, trois cas de fraude de café ont été enregistrés. Au Rwanda, un kg de café parche coûte 3.000 francs rwandais, soit 10.000 FBu, selon une source locale à Kayanza. Au Burundi, le prix est à peu près le cinquième.
Le 4 avril dernier, un habitant de la colline Manga en commune Kabarore a été appréhendé avec du café parche et s’est présenté lui-même en justice le lendemain. Il écopera une peine carcérale de trois, d’une amende de 100.000 FBu avec une contrainte par corps de six mois. Deux jours après, un autre habitant de Kabarore a été appréhendé avec 25 kg et a été remis par la suite aux instances judiciaires.
Un jour après, aux environs de 2h du matin, trois personnes, toutes originaire de la colline Murima en commune Kayanza ont été appréhendés avec 70 kg de café parche, pendant qu’ils tentaient de traverser la commune Kabarore en direction du Rwanda.

Selon le commissaire de la police à Kayanza, au vu du prix du café au kilogramme, ce pays aurait l’intention de déstabiliser l’économie burundaise. Il demande à cet effet les responsables
administratifs et à la population des communes faisant frontières avec le Rwanda, en l’occurrence la commune Kabarore de Kayanza et Busiga de la province Ngozi, à éviter de se rendre coupable et
complice avec les fraudeurs, mais plutôt de collaborer avec la force de l’ordre et de sécurité, pour éradiquer cette pratique qui nuit à l’économie du pays.

Il demande également des unités supplémentaires des forces de l’ordre, en guise de renforts, pour mener à bon port le combat. Outre la fraude du café, ce responsable fait aussi mention de la
fraude des minerais de coltan.
Vendredi 7 avril 2017, un habitant de Kiziba en commune Kabarore a été traduit en justice après avoir été appréhendé avec 67 kg de coltan qu’il s’apprêtait à acheminer au Rwanda. Il écopera une peine carcérale de cinq ans, 10 millions FBu d’amende et 50 ans de contrainte par corps, au cas de non-paiement de l’amende.

4 Comments

  1. Quelle foutaise d’ecrit,le Rwanda veut destabiliser l’economie burundaise?un kilo de cafe au rwanda est 300 frw et non 3000 frw et les paysans burundais traversent pour vendre leurs cafes au Rwanda a qui la faute?La monnaie rwandaise est forte par rapport a ce franc burundais(dollar zimbabween).A force de ne pas commercer avec le rwanda,le burundi s’est poignarde a cause des mesures sataniques de ce prisonnier president pasteur satanique Pierre Nkurumbi.

  2. Jean-Marie

    Dear Gashogi, politic aside, such level of anger is going to kill you: breath in, hold for a while then slowly breath out, repeat as often as needed.

  3. Les récriminations du Burundi contre le Rwanda n’ont aucune importance. Qui a besoin de se préoccuper de l’hostilité d’un voisin dont il n’a rien à craindre?

  4. Dont't worry

    @Jov
    Le Rwanda n’a pas besoin de la crainte du Burundi pour se scléroser, car il comporte en son sein le germe de la haine éthnique qui le ronge petit à petit mais sûrement.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*