Transports

Business: les Burundais invités à utiliser le train Dar-Kigoma, “40% moins cher que le transport routier”

Le transport du cargo à destination du Burundi, d’abord par le train depuis le port de Dar-Es-Salam jusqu’au port Kigoma sur le lac Tanganyika (1254 Km) et puis par bateau de Kigoma au port de Bujumbura présente bien des avantages pour le consommateur. Peu d’engouement au contraire pour les déclarants et les transporteurs par camions.

©Ikiriho – Déchargement sur le quai du Port de Bujumbura: à Kigoma, les marchandises prennent le bateau et viennent par le lac Tanganyika

« Le transport du cargo à destination du Burundi, d’abord par le train jusqu’à Kigoma et puis par bateau au port de Bujumbura est moins cher jusqu’à 40% comparé au transport routier. Avec le même budget, vous pouvez augmenter le volume et le prix à la consommation va baisser ». Observation que capitaine Dieudonné Dukundane, secrétaire exécutif du Corridor Central a partagé avec les commerçants et déclarants burundais, il y a une dizaine de jours  dans les locaux de la société concessionnaire du port de Bujumbura, Global Port Services Burundi.
Le Corridor Central étant la voie d’acheminement des marchandises vers la RDC, le Burundi, le Rwanda et l’Ouganda à partir du port de Dar-Es-Salam.

En bons élèves, commerçants et déclarants ont suivi l’exposé du magister Dukundane avec un grain de scepticisme. L’on saura ici que jusqu’ici, 90% du fret arrive au Burundi par voie routière depuis le port de Dar-Es-Salam. Le train et le bateau viendraient donc ôter du boulot aux transporteurs routiers internationaux. Il couperait aussi l’herbe sous les pieds des déclarants qui gagnent bon an mal an 100.000 Fbu sur chaque camion.

Saisir l’opportunité hic et nunc

Capitaine Dukundane a dû déployer sa maestria dans l’art de persuasion pour faire comprendre aux commerçants surtout aux déclarants que l’heure n’est pas à la tergiversation pour l’adoption du transport par train et par bateau. «  Le port de Kigoma reçoit en moyenne six à sept blocks- trains par semaine. Mais c’est une infime quantité du cargo à destination de Bujumbura qui transite par ce port. »

Il les informera de la volonté du gouvernement tanzanien à booster le trafic par train. « Nous avons mené des discussions avec les autorités tanzaniennes qui gèrent le port et la voie ferrée vu les améliorations de la ligne ferroviaire Dar-Es-Salam-Kigoma.» Et de faire un clin d’œil : « Il est grand temps que les importateurs et exportateurs soient au courant de ces développements pour qu’ils ne se retrouvent en retard par rapport aux autres qui utilisent le port de Kigoma ».

Signalons que d’après toujours capitaine Dieudonné Dukundane, la compagnie ferroviaire tanzanienne a réhabilité sa flotte. Il dispose de 29 locomotives, plus d’une centaine de wagons. Le port a sa grue portique pour la maintenance des conteneurs. Il vient d’acquérir une autre grue pour le cargo en vrac d’une capacité de 30 tonnes.

3 Comments

  1. La diversification des voies de transport donne des options aux investisseurs. Cela est une bonne chose. Ce sont des signes que, malgre tout, il ya des gens qui travaillent.
    Cela etant dit, il faudra aussitot penser securite sur le Lac Tanganyika. Une synergie entre les appareils de securite des pays riverains du Tanganyika pour une patrouille permanante donnerait plus de confiance aux utilisateurs de cette nouvelle voie de transport.

  2. Jean-Marie

    La voie maritime est la plus fiable et la moins chère par rapport à la voie routière, aussi longtemps que la piraterie ne s’ y mele pas et que le temps que les marchandises prennent pour arriver à destination n’est pas affecté negativement! J’ espère que dans leur évaluation ils ont tenu compte de cela.

  3. albert minani

    c’est bon!

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*