Sécurité au Burundi

Jéroboam Nzikobanyanka : « La Regideso ne dépensera plus des sommes pour réparer les choses que la population devrait protéger »

Avertissement du directeur général de la régie de distribution de l’eau et de l’électricité (Regideso) aux habitants de la ville de Bujumbura, surtout ceux des quartiers huppés qui se montrent « indifférents » au vol de câbles électriques.

Jéroboam Nzikobanyanka de la Regideso

Quartier Kigobe, à une centaine de mètres de l’ambassade des États-Unis, au bord de la route macadamisée. Aux environs d’une heure du matin, dans une maison presque cachée par une plantation de manioc, cinq suspects sont appréhendés par la police qui les accuse de profiter d’une coupure de courant qui venait d’avoir lieu pour tenter de déterrer un câble de la Regideso.

Très tôt le matin, le DG de la Regideso est sur lieux. Sur un ton ferme d’un DG Nzikobanyanka agacé par la récurrence des cas de vol des câbles et autres matériaux de la sa société, il lance : « A la population qui ne protège pas les équipements de la Regideso, qui n’est pas consciente que les équipements de la Regideso lui appartiennent, désormais, si je constate que les forfaits ont été commis dans une parcelle de quelqu’un, je ne vais plus réparer avant que les habitants ne donnent leur contribution. Ces biens de la Regideso qui sont pillés sont aussi des biens publics ».

Le DG Nzikobanyanka explose : « C’est anormal que quelqu’un voie que les fils ont été enlevés et qu’il soit insensible  mais qu’il demande à la Regideso de venir réparer ce qui a été démoli ». Et d’insister : « Le principe est clair : la population qui ne va pas protéger les équipements de la Regideso, à son tour, il ne faut pas qu’elle demande à la Regideso de dépenser des sommes chaque semaine, chaque deux jours pour réparer du matériel qu’elle devait protéger ».

Le DG Nzikobanyanka dit que cette décision a été déjà communiquée aux habitants du quartier haut standing de Gasekebuye (sud de la capitale) ce mardi 11 avril après constat avec les membres de ce quartier que les malfaiteurs vont déterrer les câbles qui sont au bord des clôtures de leurs villas.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*