Politique Locale

L’entretien des infrastructures publiques à Gitega laisse à désirer, selon des députés

Les infrastructures abritant les services de l’État dans la province Gitega (centre du pays) sont, d’une manière générale, mal entretenues, selon des parlementaires membres de la Commission chargée des questions de l’agriculture, de l’élevage et de l’environnement

Cour d’Appel de Gitega

Le constat a été dégagé dans la future capitale politique du Burundi lors d’une mission de travail effectuée pour s’enquérir de l’état des infrastructures publiques, du nombre d’infrastructures privées louées par l’Etat ou celles de l’Etat louées par des particuliers.

A travers un entretien qu’ils ont accordé au conseiller du ministre en charge des travaux publics résidant à Gitega, Frédéric Niyonizigiye, les parlementaires ont montré, noir sur blanc, certains indicateurs du mauvais entretien s’affichant sur les bureaux publics visités.
Ils ont cité notamment des brousses dans les enceintes de ceux-ci, le non-remplacement des gouttières occasionnant l’infiltration des eaux de ruissellement dans les fondations, avec le risque d’affaissement de ces immeubles ainsi que l’hygiène précaire des toilettes. Pour les mêmes parlementaires, la remise en état de ces infrastructures coûte une somme dérisoire, regrettant ainsi l’irresponsabilité des chefs de service qui ne se grouillent pas pour y remédier.

Ces indicateurs prouvent à suffisance que Gitega se prépare timidement à être la capitale politique et administrative du pays, ont-ils renchéri.

Réagissant aux inquiétudes des parlementaires, M. Niyonizigiye a plaidé plutôt pour la dotation au ministère des Travaux publics d’un budget suffisant pour pouvoir subvenir à ses besoins, expliquant que le ministère reçoit un dixième du budget nécessaire. Il a informé que les infrastructures privées louées par l’Etat sont au nombre de trois, sans pouvoir préciser toutefois le loyer de chaque immeuble. Quant aux infrastructures publiques, il en a cité seulement deux. « Pas d’infrastructure publique en location à Gitega », a-t-il conclu.

Le chef de la mission parlementaire, M. Bernard Ndayisenga a promis de cheminer ces doléances au parlement pour remédier à la situation. Toutefois, tout le monde s’est accordé pour décrier l’irresponsabilité des chefs de service, eu égard à l’insalubrité qui règne aux alentours des bureaux. Par ailleurs, les parlementaires ont poursuivi leurs missions avec le contrôle de la route Gitega-Mwaro-Bujumbura, en cours de construction, a indiqué M. Ndayisenga à l’ABP.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*