Économie locale

Pénurie du carburant à Bujumbura: plus de peur que de mal, selon la tutelle

Le ministre de l’Energie et Mines, Côme Manirakiza a sorti  ce mercredi  29 mars un communiqué où il explique les causes de la pénurie partielle  du carburant et tranquillise les consommateurs.

Première raison évoquée: la pénurie des carburants consécutive  aux difficultés de connexion internet fréquentes dans les services de l’Office Burundais des  Recettes (OBR) à la frontière de Kobero (province Muyinga, nord-est du pays).  « Pendant deux jours et demi  de la semaine passée du 20 au 26 mars, les camions ne pouvaient pas dépasser la frontière suite à des difficultés d’enregistrement ».

Le ministre parle ensuite des contraintes liées au chargement-déchargement  au niveau du parc pétrolier de Gitega. «  Ce dernier était conçu uniquement pour  le stockage des produits et non pour leur distribution ».  Or il se trouve que la société Interpetrol exploite encore ce parc même si elle   entrepose aussi ses produits à la SEP.

Dernière cause, selon toujours le ministre Manirakiza : les consommateurs.  « Ils s’empressent pour faire forcément  le plein de leurs véhicules, aggravant ainsi l’embouteillage suite à une peur panique d’un probable manque de produits pétroliers le lendemain ».

Le pays dispose d’un stock suffisant

Le ministre rassure l’opinion que le pays dispose d’un stock suffisant « malgré les perturbations techniques d’ordre général ». Il recommande  aux gestionnaires directs des stations-services de s’approvisionner partout où ils peuvent trouver des produits conformément à la décision prise et qui a été communiqué aux fournisseurs locaux. Et de rappeler que depuis janvier 2017, le prix à la pompe  reste inchangé malgré la hausse généralisée de ces produits au niveau international et dans notre région.

Signalons que  selon des pompistes contactés, les stations  Kobil et Engen viennent de passer deux mois en difficultés d’approvisionnement mais s’étonnent de constater que le carburant ne manque  quasiment jamais  dans les stations Burundi Petroleum et Mogas.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*