Économie locale

La BNDE fête ses 50 ans

Créée aux lendemains des indépendances, la Banque Nationale pour le Développement Économique (BNDE) s’est donnée pour mission de concourir au développement économique et social du Burundi en contribuant au financement des investissements du secteur privé et des partenaires publiques et privés.

Audace Bukuru, Administrateur Directeur Général de la BNDE

27 janvier 1967, la BNDE est autorisée d’entreprendre ses opérations. Mais, c’est le 4 avril de la même année qu’elle a commencé ses activités. Selon l’Administrateur Directeur Général (ADG) Audace Bukuru, la BNDE s’est mise aussitôt à servir la population malgré les secousses du temps de la période postcoloniale. Le secret : le soutien du gouvernement burundais, des partenaires ainsi que celui des actionnaires. A part cela, la BNDE a bénéficié de beaucoup de lignes de crédits (BAD, BEI, AFD, KFW, AGCD, Gouvernement Néerlandais) pour soutenir des PMC.

Aujourd’hui, l’ADG Bukuru se félicite que « la BNDE est un instrument de financement de projets de développement, un acteur clé de la relance économique et de la réduction de la pauvreté». Il indique aussi que différents secteurs dans la vie du pays sont financés par son institution bancaire. C’est notamment l’industrie, l’artisanat, l’éducation, l’agriculture, la santé, les hôtels ainsi que le secteur des services.

Par-dessus tout, il se félicite d’être une banque innovatrice. « Aucune autre banque au Burundi n’a mis en place le mécanisme de warrantage qu’on fait souvent pour le riz».

Rêve de la BNDE : financer les projets à longs termes

Etant donné que la BNDE a déjà commencé à financer des unités de valeurs et qu’elle ne dispose que des ressources à courte durée, son rêve est d’aller au-delà. Mais pour arriver à cet objectif, «la BNDE a besoin des fonds pour financer des projets à longue durée ainsi que des unités de transformation et de conservation», martèle l’ADG Bukuru.

Entre-temps, la BNDE va continuer à aider dans le développement du pays et des individus. «Nous allons faire des sensibilisations à l’endroit des jeunes et des agronomes pour qu’ils s’investissent beaucoup dans l’agriculture».

One Comment

  1. C’est bon,mais leur taux d’intérêt est décourageant, j’ai eu un crédit de la BNDE mais c’est avec souffrance que je l’ai pu écoulé,j’aurais aimé [email protected] l’aurait demandé cette question clé qui dérange les clients de la part des banques burundaise

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*