Environnement

Nouvelle alarme: Mutanga Sud sous la menace de l’intraitable Ntahangwa

La rivière qui traverse la capitale Bujumbura depuis le quartier Mutanga Sud jusqu’à la Brasserie et Limonaderie du Burundi (Brarudi) en passant le long du quartier Buyenzi continue à faire des ravages sur son littoral. Tous les efforts pour contrer ses attaques se révèlent inefficaces.

©Ikiriho – Les maisons de Mutanga Sud face à la Ntahangwa

Mutanga Sud, avenue Sanzu. La rivière Ntahangwa a creusé en profondeur son lit et élargi son littoral jusqu’à un pas de la chaussée de l’Avenue Sanzu.  A part les maisons, les locaux de l’Ecofo Mutanga Sud (ex-EP Mutanga Sud) sont  aussi menacés. Les salles de classe sont fissurées, les toilettes démolies. Rien ne sépare la  cour récréation de l’école  des bords de la Ntahangwa : danger pour les élèves ! L’impétueuse Ntahangwa n’épargne même pas  les tuyaux de canalisation des Services Techniques Municipaux (Setemu) sur cette avenue.

Conséquence : la route menant vers Mugoboka est presqu’impraticable. Elle est barrée à la circulation de voitures.  Ne peuvent passer que motards, vélos-taxis et piétons.

Habitants désarmés

Les occupants des maisons se trouvant sur cette avenue  sont désespérés. « Les ravages de la Ntahangwa, on n’en parle souvent à la radio et à la  télévision mais jusqu’ à maintenant, aucune mesure n’a été prise pour arrêter cette tragédie », déplore un des habitants.  Et un autre d’indiquer  que souvent, des agents du ministère de l’Environnement viennent pour constater  les dégâts. « Nous attendons qu’ils viennent pour aménager la rivière », réclame cet habitant.

Le désespoir  des habitants du littoral de la Ntahangwa est d’autant plus profond qu’ils ont tenté à maintes reprises de contrer  les assauts de l’inexorable rivière. Le Directeur de l’Ecofo Mutanga, Gilbert Banyishegusa indique avoir mobilisé les parents à contribuer dans la protection de  leur école. Leurs efforts furent vains.  Il a ensuite fait planter des bambous  tout le long de la rivière. Rien n’y fait. Tout a été balayé  en un tournemain.

Pour lui, il faut   en  toute urgence empêcher l’extraction des pierres et du sable dans la rivière Ntahangwa.   Et de plaider pour  que  le gouvernement intervienne  le plus tôt possible pour stabiliser le littoral de la rivière avant qu’il ne soit trop tard :« L’Ecofo Mutanga compte aujourd’hui plus de mille élèves. Où iront-ils si l’école est détruite par cette rivière ?

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*