#BurundiDialogue, EAC, Politique Locale

Keffa Nibizi : « Que Benomar soit remplacé »

Le président du parti  « Sahwanya-Frodebu Nyakuri Iragi rya Ndandaye » s’inscrit en faux contre la demande de Fall et de Benomar auprès du facilitateur Mkapa pour que ce dernier invite MM.  Sinduhije, Busokoza et Minani au dialogue inter-burundais. Occasion pour ce tombeur de Jean Minani à la tête « Nyakuri » de rappeler que Benomar n’était pas déjà en odeur de sainteté avec le gouvernement burundais.

« Au Frodebu Nyakuri, nous campons sur notre position : Mkapa doit inviter au dialogue inter-burundais ceux qui ne sont pas poursuivis par la justice burundaise ». Position de Keffa Nibizi qui dit avoir appris via les réseaux sociaux que l’envoyé spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, Jamal Benomar,  et le représentant de l’Union africaine au Burundi, Ibrahima Fall, font pression sur le facilitateur Benjamin Mkapa pour qu’il invite à la session prochaine du dialogue à Arusha, Bernard Busokoza, Alexis Sinduhije et le Docteur Jean Minani.

Pour M. Nibizi, toutes ces personnes seraient poursuivies par la justice burundaise. Ipso facto, elles devraient répondre devant la justice plutôt que de participer au dialogue.

Sans toutefois les citer, il annonce des mesures de représailles au cas où ces trois noms seraient invités : « Les forces vives de la démocratie majoritaire prendraient des mesures conséquentes ».

Benomar et Fall, des récidivistes

Keffa Nibizi  ironise presque sur le  fondateur du Sahwanya-Frodebu Nyakuri : « Pour le cas du Dr Jean Minani qui est membre du Sahwanya-Frodebu  Nyakuri, point n’est question qu’il soit invité parce que le parti sera représenté par les organes nouvellement élus ». Et pour le MSD, il pense que comme parti agréé, il  peut être représenté par une autre personne qui n’est pas poursuivie par la justice.

M. Keffa Nibizi dit ne pas comprendre l’acharnement de Benomar et Fall. « Ce n’est pas pour la première fois qu’ils tentent  de mettre les bâtons dans les roues  du facilitateur Benjamin Mkapa puisqu’ils voudraient que les organisations qu’ils représentent fassent  partie  de la facilitation ». Et de  rappeler que le gouvernement burundais aurait souhaité que Benomar soit remplacé par un autre envoyé spécial du SG de l’ONU à la fin du mois de  novembre 2017. « Nous interpellons  le Gouvernement du Burundi  de continuer sur la même voie de réclamer  le remplacement de M. Benomar pour éviter que le processus du dialogue inter-burundais soit torpillé », conclut M.  Nibizi.

3 Comments

  1. Mitimigamba

    Sinduhije, Busokoza et Minani, alliance sansechecs-genocidaire. Céder a ces gens la, c’est du pur trahison a la nation. Céder a la pression, c’est normal. Mais donner le coffre fort au criminelle de ce genre la, ‘out-of-your-mind’-Mkapa. Recule pas en arriere, reste debut, et avance en avant.

  2. Oscar Ninteretse

    D’aucuns savent que le CNARED n’existe plus que de nom. Si on continue de penser que c’est une coalition regroupant la “quasi-totalité” de l’opposition burundaise, il faudrait aussi peut-être que l’UA, l’UE, les différentes organisations de Nation Unies et ONG assimilés clarifient aussi leur position. Ce sont les vrais opposants. Sont-ils membres du CNARED? Alors il faudrait les inviter à la table des négociations comme opposants au gouvernement burundais. Un scénario semblable a été suggéré pour résoudre la guerre en Syrie.

  3. Bonne réaction!!!!

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*