Éducation

Rentrée universitaire: les poilissimes n’ont pas apprécié la suppression du bizutage à l’UB

Les étudiants des premières années de baccalauréat à l’Université du Burundi ont débuté les cours ce mercredi le 1er février 2017.

Aux différents facultés et instituts que l’ABP a visités, l’ambiance était bonne, les horaires de cours étaient affichés, les professeurs étaient en train de dispenser les cours et les nouveaux étudiants étaient présents. La direction des services académiques ainsi que les doyens des facultés et instituts n’ont relevé aucune difficulté.

De façon exceptionnelle, l’année académique 2015-2016 a connu des changements spectaculaires par la mise en place des mécanismes d’accueil des nouveaux étudiants.
Cette année est dédiée à la visibilité de l’Université du Burundi.

Comparativement aux années antérieures où seuls les anciens étudiants « poilissimes » s’occupaient de l’accueil des nouveaux à travers le « Comité des sages », la tendance a actuellement changé.
La direction des services académiques de l’université du Burundi a pris le devant pour changer la donne. L’accueil a été organisé de façon que les décanats, par le biais des conseillers pédagogiques, les secrétaires administratifs et les cadres de la régie des œuvres universitaires chargés de l’encadrement et de la sécurité soient impliqués, pour une meilleure intégration des nouveaux.

Toutefois, des sources sur place ont témoigné que la tâche n’a pas été facile, car les anciens étudiants ne voyaient pas d’un bon œil cette implication des autorités dans l’accueil des nouveaux étudiants.
L’agenda caché derrière tout cela est de raviver les pratiques de « baptême » connues couramment sous le jargon de bizutage. L’ordonnance ministérielle de 2007 a catégoriquement banni le baptême universitaire dans tous ses aspects.

Les autorités de l’université du Burundi affirment que cette méthodologie nouvellement adoptée va servir, dans le futur, à l’accueil des nouveaux étudiants, dans tous les campus, en associant tous les partenaires impliqués. Le doyen de la faculté des sciences, David Nahimana a souligné que ladite méthodologie est efficace pour “mettre sereinement les nouveaux venus dans le bain de l’apprentissage.”

One Comment

  1. L’UB pourrait devenir un moteur de developpement sur beaucoup de plans. Malheureusement il y a une serie de generations perdues qui veut toujjours transmettre leur betise. Ces poilissime sans poils devraient plutot avoir honte. Ils n’ont jamais greve pour avoir une bonne base de donnees comme la bibliotheque mais suivant des donnees politique ils ont refuse l’implantantion d’une antenne qui devrait faciliter la transmission de donnees via internet. Leur raison a eu: c’est vraiment nocif lorsque il sagit de vittel. Mais pour tempo ou leo quelqu’un leur avait soufle a l’oreil que c’est bon et sans danger. Voila nois poilissimes chevelus

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*