Économie

L’exploitation des terres rares de la mine de Gakara débute au quatrième trimestre 2017

Le début de l’exploitation du gisement des terre rares de Gakara en commune Muhuta de la province de Bujumbura est prévu au quatrième trimestre 2017 et sera effectuée par la société mixte Rainbow Burundi Mining (RBM ) en collaboration avec Rainbow International Ressources Ltd. 

Ces entreprises font partie du groupe PELLA ressources, multinationale qui opère dans le domaine minier dans plusieurs pays d’Afrique et dont les conventions relationnelles entre ces sociétés ont été signées le 27 mars 2015 conformément au Code minier du Burundi, a indiqué lundi le Directeur Général de la Recherche géologique et du cadastre miniers, M. Paul  Ndarihonyoye, lors d’un entretien avec l’ABP: “L’exploitation devrait avoir déjà eu lieu mais la récente situation politique et sécuritaire dans le pays a fait craindre les investisseurs”.

Conformément au code minier et au code de l’environnement du Burundi, une étude d’impact social a été faite en concertation avec l’administration et les populations locales pour mettre en place le processus d’indemnisation des propriétaires, selon le règlement en vigueur. Le permis d’exploitation durera 25 ans.

Il a par ailleurs précisé que les chiffres des réserves et les teneurs obtenus devront être certifiés par des maisons internationalement agréées. Une étude de faisabilité technique et financière décrivant entre autre ce que va gagner l’investisseur et l’Etat ainsi que l’impact sur le développement local en terme de création d’emplois, a été élaborée au cours d’un atelier qui a eu lieu le 2 décembre 2014, avec participation des administrations publiques, l’administration des communale, des Organisations non gouvernementales (ONG) intéressées, et des partenaires bilatéraux et multilatéraux du Burundi.

La Chine, qui possède plus de 90 % des réserves mondiales des terres rares, assure le contrôle du marché de ces éléments. Ceux du Burundi sont particuliers, puisqu’ils affichent une très grande: les réserves burundaises, estimées à 272.558 tonnes de minerais, présentent une une teneur de 54,3 %.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*