Économie locale

Coupures de courant dues à l’arrêt de la centrale Ruzizi II

Depuis hier le 19 décembre, la capitale connaît des coupures de courant. La régie nationale  de l’électricité  (REGIDESO) annonce des délestages.

Selon Innocent Irambona, chef de service exploitation électricité, station de Kamenge,  tout a commencé vers 20 h24 quand  il y a eu interruption du courant en provenance de la  centrale Ruzizi II. Conséquence immédiate : tout le pays fut dans le noir. Et pour cause : « Les  12 mégawatts en provenance de cette centrale de SINELAC (société congolaise d’électricité) permettent  de stabiliser le réseau interconnecté, y compris le réseau national.  Au moment du déclenchement, toutes les autres centrales se sont arrêtées ».

Selon cet ingénieur,  en de telles circonstances, il faut du temps pour  redémarrer ces centrales. C’est ainsi que dans un premier temps, la REGIDESO a mis en marche deux groupes de la centrale hydroélectrique  de Mugere qui étaient en arrêt à cause de l’insuffisance du niveau d’eau.  « Cela a permis d’alimenter les points stratégiques ». Puis, la REGIDESO a redémarré la centrale de Rwegura et l’a synchronisée avec les deux groupes de Mugere. Elle a par après redémarré les autres centrales.

Situation encore précaire

Pour le moment,  la REGIDESO s’efforce de  « surveiller  comme  du lait au feu la fréquence des machines qui sont en marche de peur de tomber  dans un nouveau déclenchement. »

Conséquence logique de cette  situation : le délestage, selon Ir Irambona. « Le pays accuse un manque à gagner des 12 mégawatts en provenance de la  Ruzizi II. Bien plus, suite à l’instabilité de la fréquence du courant,  un des trois  groupes de la centrale thermique qui fournissait  8 mégawatts  ne fonctionne pas. »

Pire, le  niveau du lac de rétention d’eau du barrage Rwegura  est  descendu ces derniers jours. « De  la capacité maximale de 18 mégawatts, la centrale de Rwegura ne  fournit plus  qu’autour de 12 mégawatts. La capacité atteint  les 16 mégawats entre 18 h et 22 heures. Mais, au-delà de  22 heures, la centrale est mise en arrêt pour permettre  la reconstitution  du  niveau du lac ».  

La REGIDESO ne sait pas quand  le problème sera définitivement réglé car la centrale de la Ruzizi est totalement  en arrêt.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*