Économie locale

Nouveaux visages à la tête de la Société Sucrière du Moso, inquiétudes sur la gestion persistent

Eric Nshimirimana remplace depuis ce mercredi 14 décembre Donatien Nijimbere comme Administrateur Directeur Général de la SOSUMO, la seule sucrerie du Burundi. Départ  aussi de la directrice commerciale.  Le sucre sera-t-il disponible surtout pendant  la saison sèche 2017  et la société bien gérée?

Pas de raison officielle de ces remplacements. Mais l’on saura que durant la saison sèche  de cette année, le sucre a manqué dans tout le pays alors que la SOSUMO avait réalisé un record d’environ  23 mille tonnes de sucre usiné.

L’ADG Nijimbere expliquait cette pénurie notamment par l’augmentation d’unités qui utilisent du sucre dans leurs  produits. Sans preuves, il suspectait  aussi que le sucre de la SOSUMO  s’exportait dans les pays voisins.  Ici, l’on saura que ces pays disposent de leurs propres sucreries. Le sucre produit dans  ces pays se vend presqu’au même prix que celui de la SOSUMO. Il fut même un temps où le sucre en provenance du Rwanda coûtait de loin moins cher que le sucre de la SOSUMO, ce qui a obligé le chef de l’Etat à prendre des mesures drastiques contre les fraudeurs de sucre.  En 2015, aucun administratif n’a signalé des cas de fraude de sucre vers ou depuis les pays voisins.

Les explications de l’ADG étaient battues en brèche par  la directrice commerciale  qui était nouvellement nommée en juin : la pénurie du sucre était due au laxisme dans sa distribution à la SOSUMO. «  Il y avait une longue liste de dignitaires qui s’étaient improvisés commerçants de sucre et qui s’approvisionnaient directement à la SOSUMO. L’ADG n’a pas pu leur résister ».

Pénuries occasionnelles en période d’usinage

Pour pallier à ce problème de pénurie de sucre et surtout  à celui du coût de production élevé,  l’ADG Nijimbere a toujours prôné la hausse du prix. Le 30 juin, le ministère du Commerce  a fait passer le prix du Kg de 1.750 à 1.900 Fbu.  Mais les provinces comme Muyinga ont continué à se lamenter de faibles  quotas  qui leur  sont  réservés, ce qui cause des pénuries occasionnelles, déjà en cette période d’usinage du sucre.  Pire, ces pénuries sont constatées alors que l’usine a encore réalisé un record de production cette saison qui s’est clôturée ce mardi le 13 décembre: environ 24 mille tonnes.

Usine de la Société Sucrière du Moso

Il y a lieu de se demander  si l’instabilité à la tête de la SOSUMO  n’enfonce pas cette entreprise d’Etat.  Aucun DG n’a fait trois ans.  Bien plus, pourquoi  il est de tradition que chaque  2ème Vice-Président   nomme un fidèle à la SOSUMO ?  L’ADG entrant  était jusqu’hier  chef de cabinet adjoint à la deuxième vice-présidence.

Entre-temps, le personnel de la SOSUMO jubile  de ces deux départs: « Les dissensions entre les deux cadres agaçaient  ».  Ce personnel espère  que les bonifications et les gratifications jusque-là gelées  seront débloquées.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*