Sécurité au Burundi

Prison de Gitega : une tentative d’évasion qui tourne à un double meurtre

Un policier assassiné  par un prisonnier, le  prisonnier à son tour abattu  par son codétenu ; trois personnes déjà arrêtées dont le directeur-adjoint de cette prison : bilan d’une opération d’évasion de ce mardi 13 décembre à la prison de haute sécurité de Gitega (centre du pays, 100 Km de Bujumbura).

Selon Pierre Nkurikiye, porte-parole de la police nationale du Burundi, tout commence hier mardi 13 décembre  à midi  quand le prévenu Rénovât Nimubona écroué pour implication dans le dossier de l’assassinat du Lieutenant-Général Adolphe Nshimirimana le 2 août 2015 est sorti de la prison sur autorisation du directeur-adjoint de  cette maison pénitentiaire.

Escorté d’un seul policier, il quitte la prison en compagnie du capita général (le délégué général des prisonniers).  Motif de la sortie : récupérer de l’argent à la poste.

Une fois sorties, les trois personnes se rendent dans « PARADO », une maison de passage du  quartier Shatanya.  Les deux prisonniers entrent  dans une chambre avec une femme. Le capita général et la femme sortiront de cette chambre laissant seul le prisonnier Rénovât Nimubona. L’on se souviendra que ce dernier  était agent caporal-chef à la PNB au moment de l’assassinat du général Adolphe.

Le prisonnier Nimubona sort à son tour. Il tient un pistolet, « probablement amené par la femme », selon  Pierre Nkurikiye.  Il tire sur le policier. La balle ne part pas. Par force, le prisonnier arrache  la kalachnikov  au policier et tire sur ce dernier qui succombe sur le champ.  L’assassin dépose le pistolet et le fusil du crime près du corps de la victime et se volatilise dans la nature.

Alerté par le bruit, le capita général revient à la maison de passage. Il se saisit de la kalachnikov et se lance à la poursuite de l’assassin Nimubona. « Le capita général réussira à abattre son codétenu assassin  », indique Pierre Nkurikiye.

 Trois arrestations

Pour le moment, le directeur-adjoint de la prison est déjà appréhendé. « C’est incroyable qu’il ait donné une autorisation de sortie sans prendre la précaution de s’assurer que l’escorte de ce  détenu est renforcée », observe le porte-parole de la PNB.  La gérante et un employé de la maison de passage ont aussi été arrêtés. D’après  le porte-parole Nkurikiye,  la gérante et l’employé ont indiqué à la police que la femme et le capita général  s’étaient déjà rencontrés au moins trois fois dans cette maison de passage.

Signalons que le porte-parole affirme que « la prison de Gitega est bien administrée, n’eût été ce cas de double assassinat dont le directeur-adjoint  est surement complice ».

Signalons aussi que c’est dans la prison de Gitega que sont écroués les militaires  qui ont tenté le putsch du 13 mai 2015.

One Comment

  1. Jean-Marie

    J’espère que les leçons vont en être tirées.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*