Transports

Une plaque impopulaire pour vélos-taxis à Bujumbura

Tout vélo taxi doit avoir une plaque avec un numéro d’identifiant en mairie de Bujumbura. Une mesure qui tombe un mois après celle sur le port obligatoire de gilet.

velos«C’est une mesure qui vient s’ajouter à d’autres mesures qui nous rendaient déjà la vie difficile ». Lamentations d’Emmanuel Ndihokubwayo, un vélo taxi des quartiers nord de Bujumbura. Une mesure unilatérale et coercitive : « On ne peut pas contester une mesure  qui est déjà prise. Seulement on va essayer de s’adapter ».

Pour ce vélo taxi, « c’est un calvaire que de payer en un mois un gilet de 13.000Fbu  et une plaque de 8.000Fbu ».

La mairie décline sa responsabilité  dans l’instauration de cette plaque : « Elle n’est  pas une initiative de la mairie. La mairie n’a  fait qu’authentifier la plaque sur proposition des associations des  vélos taxis eux-mêmes. » Fait savoir Freddy Mbonimpa, maire de la ville de Bujumbura. Il précise que  la maquette de la plaque a été étudiée par les services de transport et a été emmenée  à la mairie pour validation. « Ce sont ces associations qui se sont même  choisi le fournisseur de la plaque ».

Mais il signale que cette mesure a été adoptée pour des raisons  de sécurité des vélos taxis eux-mêmes. Elle permet notamment d’identifier les vélos taxis de la mairie  de ceux des autres provinces du pays.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*