#BurundiDialogue, Politique Locale

Trois attentes de Faustin Ndikumana de la visite du Facilitateur Mkapa à Bujumbura

Pour le directeur exécutif de l’association de la société civile « Parole pour le Réveil des Consciences et le Changement des Mentalités » (PARCEM), la visite du président Mkapa devrait être une occasion de « la relance effective du dialogue qui est en panne ». Elle devrait aussi être le moment de « l’harmonisation définitive des dialogues » ; celui conduit par la commission nationale indépendante du dialogue inter-burundais (Cndi) et le dialogue externe piloté par les présidents Yoweri Kaguta Museveni et Benjamin W. Mkapa lui-même.

Faustin Ndikumana, Directeur exécutif
Faustin Ndikumana, Directeur exécutif

Enfin pour M. Ndikumana, la visite devrait aussi être une occasion de « trouver la solution à la question des participants ».

Le président de la Parcem croit dur comme fer que même dans deux mois, les parties en conflit au Burundi peuvent trouver un accord à la crise : « Il suffit que tout participant au dialogue sache qu’on ne doit pas se cramponner sur sa position ».

Pour lui,  «  le médiateur devrait  s’imposer car le problème que l’on a aujourd’hui n’est pas plus compliqué que celui qu’on avait avant la signature de l’Accord d’Arusha ».  Et d’ajouter : « Que le Facilitateur nous propose une position médiane sous forme d’une feuille de route et la faire valider par les chefs d’Etats ».

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*