Santé, Sécurité au Burundi

Des signes éloquents de disette à Karusi, même si les premières pluies sont là

KARUSI (ABP) – Des signes éloquents de disette se manifestent dans la province Karusi (centre-est du Burundi), mais comme les premières pluies viennent de tomber il y a deux semaines, la population est appelée à semer et planter les cultures de courte durée, selon les administrateurs communaux contactés par ABP.

Les prix des denrées alimentaires montent de façon exagérée sur tous les marchés de Karusi, selon des sources administratives des communes. Le haricot de dernière qualité coûte actuellement 1.200 FBu, la farine de manioc de la même qualité s’achète à 1.000 FBu, celui du maïs a atteint 1.500 FBu.
Un bassin de patate douce qui n’avait jamais coûté plus de 3.500 FBu vient de grimper jusqu’à 5.000FBu, celui de pomme de terre, un produit aujourd’hui très rare sur les marchés, s’achète à 7.000 FBu.
Un autre signe est le vol des récoltes sur pieds. Dans les marais, les voleurs n’hésitent pas à passer la nuit à récolter le haricot, les patates douces et les légumes qui ne leur appartiennent pas. En commune Buhiga, un voleur a été attrapé pendant la nuit dans le marais de Gisuma et lynché par la population il y a trois semaines.

Le troisième signe de disette que cite la même source est la réaction des chrétiens qui ont « hurlé » dans les églises après le communiqué les invitant à venir au secours des affamés de Kirundo.

Les administrateurs communaux contactés par ABP conseillent et convergent sur la nécessité de voir les cultivateurs se focaliser sur les cultures à courte durée, sans oublier celles qui résistent tant aux déficits hydriques qu’aux pluies abondantes, espérant que les premières pluies quoique tardives, vont sauver la situation si les cultivateurs prennent garde.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*