Politique Locale

Edouard Nduwimana, nouvel Ombudsman du Burundi: l’opposition n’en revient pas

Le 2ème vice-président de l’Assemblée Nationale, l’ancien ministre de l’intérieur, Edouard Nduwimana vient d’être plébiscité nouvel Ombudsman du Burundi en remplacement de Muhamed Rukara en fin de mandat. C’était dans l’avant-midi de ce lundi 21 novembre à l’Hémicycle de Kigobe. Un personnage controversé.

Edouard Nduwimana, nouvel Ombudsman du Burundi
Edouard Nduwimana, nouvel Ombudsman du Burundi

Candidat unique, il a rassemblé  91,3%  des 116 voix exprimées . Election à bulletin secret où les députés ont voté par « OUI » ou « NON ».

L’Ombudsman Edouard Nduwimana n’est plus un homme à présenter.  Ce Tutsi originaire de la commune Gahombo de la province Kayanza est un militant de première heure du Cndd-Fdd. Il avait des accointances avec ce parti même du temps de la lutte armée. A cette époque, le nouvel Ombudsman était magistrat à Kirundo. Avec l’Accord global de cessez-le-feu, Edouard Nduwimana occupera plusieurs hautes responsabilités politiques.

A peine élu,  il a  eu de « chaleureuses félicitations » de la part  du général Evariste Ndayishimiye, secrétaire général du parti au pouvoir.

Le président de l’Uprona, Abel Gashatsi  félicite aussi  l’Ombudsman Nduwimana. Il  estime que l’Ombudsman Nduwimana sera à la hauteur de ses nouvelles responsabilités : « C’est un homme qui a évolué dans la politique burundaise. Il a occupé plusieurs postes. Il connaît les problèmes de Burundais. »

Gilbert-Bécaud   Njangwa , militant de la société civile  de la mouvance présidentielle  estime lui aussi   que l’Ombudsman Nduwimana est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut :« Il est juriste. Il  maîtrise bien la politique du pays. Il prend le temps d’écouter son interlocuteur et ne se presse jamais de prendre des sanctions ».  Pour lui, l’urgence pour le nouvel Ombudsman serait de faire rentrer les réfugiés  et d’installer les antennes de son institution jusqu’au niveau de la colline.

Autre son de cloche à l’opposition

L’opposant  Tatien Sibomana est pessimiste : « On n’attend rien de lui. Le nouvel Ombudsman est à l’image  des institutions.  C’est un militant zélé du Cndd-Fdd qui ne pourra jamais se distancer de la volonté du parti au pouvoir ». Et d’ajouter que pour qu’il puisse accomplir sa mission en toute neutralité, il faut qu’il soit indépendant de son parti. « Or,  Edouard Nduwimana est incapable de l’être. C’est lui qui a « nyakurisé » les  partis politiques et la société civile » ; le terme« nyakuriser » signifiant  diviser les partis en plusieurs ailes.

Le  militant des droits de l’homme, Faustin Ndikumana, directeur exécutif de PARCEM, une  association qui milite pour le changement des mentalités est sceptique : « On l’attend à l’œuvre ».

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*