Économie locale, Santé

Pourtant prohibé, le Kargasok est revenu en force au Burundi

Le Bureau Burundais de Normalisation et contrôle de la qualité (BBN),  un service du  ministère ayant en charge le commerce, recommandait le 6 janvier 2014 de suspendre la consommation de la boisson « Kargasok ». Mais le breuvage est plus que jamais présent sur le marché.

kargasok
Distillerie du «Fungus Tea» au quartier Industriel de Bujumbura. Photo de novembre 2014

Déjà en novembre 2014, le  journal local   « Iwacu » alertait  que le Kargasok  était  revenu sur le marché sous appellation de « Fungus Tea » ou de « Best Kombucha ». Ce dernier produit était fabriqué au Rwanda,  un pays qui avait pourtant interdit la commercialisation du Kargasok bien avant le Burundi.

Aujourd’hui,le produit est vendu dans les  boutiques et alimentations sous plusieurs appellations : « Fungus Tea », « Fungus Gingembre », « Komboucha », « Dyna C », « Akanyabuzima Splina », « Akanyabuzima Spiruline », etc.

Pourtant, le Kargasok dit aussi Kombucha est un abreuvage qui est nuisible à la santé, selon Michèle R. Berman: « La plupart des rapports sur la  consommation humaine du thé kombucha sont  des cas de toxicité, dont des cas  mortels… Les effets indésirables observés comprennent l’hépatite, la xérostomie, des vertiges, des nausées, des vomissements, des maux de tête, de l’essoufflement, des tremblements de jambes, des douleurs abdominales, l’hypotension et la tachycardie… Cependant, il y a des rapports de cas graves et parfois mortels de dysfonctionnement hépatique et une acidose lactique…» 

Selon le directeur du BBN, Damien Nakobedetse, ce produit est considéré comme « jus » ou « thé » et «  contient probablement de l’alcool ». Mais, sur les étiquettes des produits sur le marché, il est écrit « Zéro alcool ».

Une fois dans une  distillerie  de ce breuvage en zone Kinama de la mairie de Bujumbura en 2014, on a été assailli par un essaim de mouches autour de grands récipients « Rudipaints » de Kargasok en fermentation.

spiruline-regime
Granulés de spiruline produite à Gihosha

Alerte ! Vol de nom commercial à des fins….

Les  appellations« Akanyabuzima Splina », « Akanyabuzima Spiruline » données au Kargasok se réfèrent à « Akanyabuzima Spiruline » ; la vraie  spiruline développée en culture (et non brassée) dans des bassins ad hoc,  à Gihosha par l’association SASA.

Selon SASA, la spiruline est un micro-organisme vivant (d’où l’appellation « Akanyabuzima » ou minuscule être vivant en Kirundi). Elle était commercialisée au Burundi sous forme de granulés avant son interdiction le 2 août 2016. La spiruline n’a donc rien à voir avec la boisson Kargasok, commercialisée sous le même hyponyme.

En outre, la spiruline produite à Gihosha est un produit validé par Institut des Sciences Agronomiques du Burundi (ISABU). Sa culture a été même  recommandée par un collège d’experts des ministères de l’Agriculture, de la Santé et de l’Enseignement Supérieur, notamment pour sa forte teneur en protéines. C’est un produit efficace pour faire face à certaines maladies chroniques, dont la malnutrition infantile.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*